Parachat Noah'
Bannière
Bannière

Pessah ou la Guerre contre le Hamets

Pessah'

Asservis pendant 220 ans en pays d'Egypte, les Bnei-Israël n'esperaient pas mieux que les miracles qu'H... Fit pour eux pour les liberer.

En effet, ces années d'asservissement ont été une des périodes les plus souffrantes, car elles ont été l'assimilation par excellence pour notre peuple dans un pays de dépraviation totale.

Ainsi, tant sur le plan physique que moral et spirituel, notre esclavage nous a détruit...Complètement?

Barouh' H...,non, car même si Rachi nous rapporte dans l'un de ses midrachim qu'en fait le peuple juif n'est sorti qu'à 1/5 de son effectif (les 80% sont mort pendant la makat h'osher-la plaie des ténèbres,et exprès pendant cette plaie afin que les juifs survivants puissent enterrer leurs morts à l'abri des regards égyptiens qui eux, ne voyaient pas et ne pouvaient donc dire:"Ah, vous avez vu?

 Leur D... est censé les défendre mais les tue!") pour cause de son assimilation( pour la plupart d'entre eux, ils ne pratiquaient plus la brit-mila-circoncision) et de son refus à sortir d'Egypte, des liens indefectibles
au judaïsme leur était encore propre.

Et ce qui est frappant, c'est que ces quelques liens à la Thora qui leur étaient propre étaient qu'ils continuaient de s'habiller avec la tenue traditionnelle des juifs, ils ne parlaient rien qu'en hébreu et ne donnaient que des prénoms juifs à leurs enfants.Ces trois choses que les Bnei-Israël continuaient d'observer sont des détails que nous même n'observons pas aujourd'hui...

Tout simplement, nous sommes aujourd'hui dans cette même période d'esclavage.Escalavage morale et spirituel biensure, dans une société où siège l'impudeur, où le mal fait souvent justice.Aussi lorsqu'H... à leur à ordonné de mettre du sang d'agneau sur les poteaux et linteaux de portes afin de les distinguer, H... avait-il vraiment besoin de cette démarquation pour les reconnaître? 

Nous dit un des méfarshim que c'est exprès parce que l'agneau était une des idoles des égyptiens que les Bnei-Israël durent badigeonner leurs portes du sang de cet animal afin de leur faire affront et qu'H... voient qui avaient confiance en lui.Alors comme nos ancêtres qui ont eût le courage de s'affirmer en tant que fils d'H..., fiers de leur Thora, faisons aussi de même et n'ayons pas peur de nous affirmer avec nos misvot.

Et comme en ce temps où il y avait Moché Rabeinou pour les délivrer, nous aurons nous aussi un Mashiah'( qui a juste besoin de deux shabbatot complet du Am-Israël pour venir ) qui nous délivrera de l'exil, en mérite aux misvot que nous aurons accomplis(Amen).

 Qui aurait pût croire a une chose aussi incroyable que la Kriat Yam Souf-l'ouverture de la mer rouge? et en 12 en plus! Eh bien nous y avons crût et les miracles d'H... n'ont cesser d'opérer.

D'ailleurs, beaucoup d'autres on eût lieu sans que ce ne soit pour autant connue.Comme par exemple la traversée de la mer rouge, elle fût si extraordinaire qu'elle fût composé de 3 miracles à elle-seule.Les voici:

Lors de la divison de la mer, le sol était très profond et ils auraient fallut un temps infini pour arriver de l'autre côté.Ainsi,H..., à applanit le sol jusqu'a l'arrivée avec un sol de glace. 

Le deuxième fût que le Bnei-Israël ne glissèrent pas en y marchant.
Le troisième est que cette plaque de glaçe ne se retourna pas lorsque la mer n'était pas encore ouverte, allant ainsi contre la nature.

Esperont que ces miracles nous donne la foi et la force de continuer dans l'observance des misvot.
Ainsi,nous comprenons que Pessah', c'est aussi la fête de la liberté, chose qu'H... nous offrira avec Machia'h be karov be ezrat H... .

Le chabat précèdant Pessah' est un chabat particulier car nous lisons lors de l'office,en plus de la paracha de la semaine,un texte de Thora supplémentaire.

Ce chabat à pour but principale de se préparer mentalement et spirituellement à cette fête qui va rythmer notre quotidien durant une semaine,ainsi qu'a l'application des halah'ot qui s'y rattache.

En traduction "Le grand-Chabat", il fut ainsi nommé en raison du grand miracle où, selon le commentaire du Tour, les familles d'Israël ayant pris,sur ordre divin,"l'agneau pascal" le chabat 10 Nissan pour le sacrifice qui devait avoir lieu quatre jours plus tard,aucune rebellion des égyptiens n'eut lieu,malgré sa déifications par ces derniers.

La fabrication du pain habituel ('Hamets) se fait avec les quatre éléments fondamentaux de la création: la terre, l'eau, l'air et le feu. L'épi de blé pousse dans la terre, une fois transformé en farine cette dernière est mélangée avec de l'eau pour former une pate à pain.

Cette pate repose pour se gonfler d'air et on la fait cuire au feu pour obtenir le résultat final. En ce qui concerne la Matsah que nos Sages ont surnommé le "pain de pauvreté", un des éléments manque à l'appel, il s'agit de l'air (Roua'h). 

La Matsah est un pain dont la pate pas le temps de gonfler, c'est la raison pour laquelle elle est plate. Essayons alors de comprendre pour quelle raison on dépense autant d'énergie afin d'éliminer de chez soi la moindre petite miette de 'Hamets, sous prétexte que c'est un pain empli d'air!

En terme de 'Hassidout, l'air fait allusion au pire des défauts, celui duquel découlent tous les autres: l'orgueil. De la même manière qu'une pate se gonfle d'air, l'homme se gonfle d'orgueil, c'est à dire qu'il se croit plus important qu'il ne l'est réellement, telle une grenouille qui enfle pour avoir l'air d'un boeuf. 

C'est pourquoi il nous faut manger de la Matsah, synonyme d'humilité, afin d'enlever de soi toute trace d'orgueil, car à cause de ce défaut on perd la possibilité d'être celui qu'on est réellement et on peut jouer toute une vie le rôle d'un individu qui n'est pas nous-même, D-ieu en préserve. 

La première parole que D-ieu adressa au premier Juif, Avraham Avinou, fut: "Lekh Lékha! - Va vers toi!". 

Tout notre Judaïsme et notre lien avec le Créateur passent par la capacité à accepter notre petitesse et à annuler notre volonté devant Ha-chem Itbarakh, c'est à cette seule condition que se dévoile ensuite notre vraie grandeur, celle de fils ou fille de Roi.

 Mais si on veut à tout prix être celui que nous ne sommes pas et vivre dans le fantasme de l'homme d'affaires, de l'intelligent ou du séducteur, etc, on devient prisonnier de ses idéaux et des exigences qui les corroborent, esclave en Egypte.

Seulement un cinquième du peuple juif est sorti de Mitsraïm, ce sont les gens qui ont acceptés leur petitesse. Mais ce sont ces mêmes gens qui ont mérité la plus grande perception de D-ieu jamais atteinte, lors du passage de la Mer Rouge, et de recevoir la Torah au Mont Sinaï. L'humilité en valait la peine. 

Par conséquent, arrêtons de faire passer nos interêts personnels (fantasmes) avant la volonté de D-ieu, et rabaissons notre orgueil car il ne nous est d'aucune utilité, bien au contraire.
                                                                               
On peut maintenant comprendre pourquoi on recherche le 'Hamets à la lumière d'une bougie la veille de Pessa'h. Rabbi Na'hman explique que les murs de la maison 

représentent les parois de notre intellect. Quand on recherche le 'Hamets (Bédika), ce sont nos propres défauts que nous sommes en train de rechercher et en particulier la source de tous les défauts, l'orgueil. Et même si on est sur d'avoir parfaitement tout nettoyé, on fera la Bédika quand même. 

En effet, il ne faut pas se mentir, l'orgueil est bien caché en nous, quand on le chasse par la porte il re-rentre par la fenêtre. Mais grace à la recherche du 'Hamets effectuée selon la bonne intention, on recevra du ciel une aide pendant toute l'année afin de pouvoir s'introspecter convenablement et d'aller vers soi, vers l'humilité. 

On pourra reconnaitre nos défauts et les combattre, c'est la raison pour laquelle on peut manger du pain le reste de l'année, car on connait maintenant l'ennemi.
Et pour terminer, il faut comprendre pourquoi la Bédika se pratique à la lumière d'une bougie (Ner). Cette lumière fait allusion aux enseignements des Tsadikim authentiques qui, eux-seuls, peuvent nous permettre d'ouvrir les yeux.
(Elyahou Haviv-breslev.com)

Les lois concernant l'interdiction du Hamets pendant Pessah

-Définition du Hamets: Aliment à l'état liquide ou solide ,qui a pour composition une des cinq espèces interdites pendant la fête ( le blé, orge,avoine,seigle et épeautre)
et qui aurait gonflé ou fermenté.Exemple: la bière,le pop-corn...

Entre Pourim et Pessah, il y a le grand ménage de Pessah.C'est une ménage très important puisqu'il va nous permettre de ne pas transgresser l'un des trois principaux interdit, à savoir de ne pas appartenir de Hamats chez soi et dans n'importe quel lieu nous appartenant(Voiture,box,garage,magasin...).Pour cela, une technique célèbre est utilisée, celle du contrat de vente.

En effet, le juif redige un contrat de vente de Hamets à un non-juif, où il déclare vendre tout le Hamets qui lui appartient ,ainsi que le Hamets auquel il n'a pas prêter attention et qui reste chez lui sans qu'il le sache.Le non-juif s'engage aussi par ailleurs à lui remettre tout ce qu'il lui à vendu, après Pessah.


Cependant, nous savons tous qu'il est interdit pendant cette période de consommer n'importe quel aliment comportant ne serait ce qu'un milligramme de Hamets.Ainsi de là découle l'interdiction de tirer profit du hamets, puisque la consommation est un profit en lui-même.

Donc, ce issour anaa-interdiction de profit, entraîne l'interdiction de par exemple posséder un restaurant Hamets ( même si l'on veut qu'il soit réservé qu'au non-juif) où le propriétaire tirerais profit de l'argent gagné par le biais de ce restaurant.

La recherche du Hamets
Afin de procéder à une dernière vérification de non-possession de Hamets, dans la nuit du 13 au 14 Nissan nous devons procéder à la recherche du Hametz dans tous coins de notre maison à la lueur d'une bougie et non d'autre chose.

Pour cela,nous avons l'habitude de cacher généralement 10 morceaux de pains dans du papier et de les retrouver à l'aide de la bougie, afin de ne pas prononcer la bénédiction( Barouh ata H... el-oénou meleh' aolam asher kisheanou bemitsvotav vetsivanou al biour hamets) en vain.

Nous devons ensuite procéder à une annulation(bitoul) du Hametz en déclarant même en français: que tout Hamets ou tout levain que je n'ai pas vu ou pas détruit où dont je n'ai pas eu connaissance soit considéré comme inexistant, comme la poussière de la terre.

Le lendemain , on brûlera le Hamets trouvé en répetant la la bénédiction d'annulation avec la modification: que je l'ai vu ou que je ne l'ai pas vu, que je l'ai détruit ou que je ne l'ai pas détruit.

Attention, il est possible de la prononcer jusqu'a la cinquième heure de la journée, ensuite , il n'est pas possible de la réciter.

Il est bien d'être attentif de se nettoyer la bouche avant Pessah afin qu'il ne reste pas hassvei shalom du Hamets dans notre bouche.

Maintenant, quant à la trouvaille de Hamets pendant la fête, si elle s'est faite chez soi: le recouvrir et le bruler à la sortie de Pessah.Si elle s'est faite sur la voie publique,nous ne devons pas y toucher.

Toutes ses halahot sont d'ordre générale et ne sauraient remplacer les conseils d'un Rav, ainsi pour toute questions , tournez vous vers le Rabbin de votre communauté. 

Au nom de toute l'équipe de Chiourim.org, nous vous souhaitons de très bonnes fêtes de Pessah et que nous soyons tous réunis l'an prochain à Jerusalem reconstruit!!

Bannière