Parachat Vayetse
Bannière

S’élever vers un niveau spirituel supérieur

Paracha Vayetse


Dès l’instant où un Juif décide de sortir de sa situation pour s’élever vers un niveau spirituel supérieur, alors se déploient contre lui toutes sortes d’illusions et d’imaginations. Car se réveillent toutes les rigueurs des jugements. Cela s’est passé ainsi avec notre Père Yaakov, au moment où «il est sorti de Beer Sheva, pour se rendre à Haran» (Ber. 28,10). Yaakov représente l’homme juif. Et Beer Sheva représente un niveau de sainteté propre à cet endroit. Car chacun des niveaux de sainteté inclut tous les sept attributs. Cela correspond aux sept jours de la Création du monde, ils incluent tous les niveaux. Lorsque Yaakov a quitté sa place pour atteindre un niveau plus élevé, il est écrit «il se dirigea vers Haran» (ibid.). Dans ce dernier mot se retrouve le concept de colère, d’ardeur. Ce sont toutes les écorces, elles sont constituées par toutes les imaginations, les envies, les instincts ou les perturbations qui se renforcent constamment contre une personne. Chacun est obligé de passer chaque fois à travers ce genre de situation pour son évolution.

Chaque individu d’Israël, représenté ici par notre Père Yaakov, possède dans son esprit la puissance nécessaire pour ne pas abandonner ses acquis, ni tomber de ses convictions. Par conséquent, chacun peut se renforcer avec tout ce qui est possible, pour se maintenir sur ses positions. Après avoir réussi à surmonter toutes ces oppositions, grâce à cela on atteint «et il arriva dans un endroit» (Ber. 28,11). Il s’est rapproché vers Hachem, vers «l’emplacement» du monde. Parce que tous les emplacements, tous les différents niveaux dans le monde, tout se trouve inclus en Lui.

Car Il est «l’emplacement» du monde, et le monde n’est pas Son Emplacement (Melahim I,8 Malbim). On mérite de comprendre la vérité, tout ce qui s’est opposé à lui, sous la forme des envies, etc., ne constituait pas pour lui un éloignement ou une chute. Il s’agissait seulement de la nécessité d’acquérir, grâce à cela, les moyens indispensables pour atteindre ce niveau supérieur, pour se rapprocher vers une plus grande proximité de Hachem. Raison pour laquelle tellement d’obstacles à surmonter se sont élevés contre lui. Il a compris, précisément là-bas, la nécessité de tous ces cheminements pour parvenir à atteindre un niveau encore bien plus élevé dans son rapprochement vers Hachem. C'est pourquoi tous ces obstacles se sont tellement développés contre lui.

Et alors «il se coucha là-bas, car le soleil est venu» (ibid.). Il a enduré des souffrances et de la peine du fait de l’obscurité, tout ce que la nuit comporte. Il s’est étendu là-bas dans la douleur qu’il ressentait face aux envies et aux imaginations. Ce que représente l’ardeur de la colère. Cela est relatif au principe des «écorces», lorsqu’elles se déploient contre une personne, lorsque celle-ci ressent le besoin et veut s’élever vers un niveau supérieur à celui où elle se situe présentement. La notion «le soleil est venu», dans le sens de sa disparition, signifie que l’esprit et l’intelligence l’abandonnent. Parce qu’au moment où il est poursuivi et que de telles forces s’en prennent à lui, l’intelligence et la compréhension ne parviennent pas à se maintenir dans leur intégralité et leur plénitude. Car la force de l’imagination, qui provoque toutes les envies, s’oppose à l’intelligence. La «venue» du soleil à cet instant représente la disparition de l’esprit. Il a ressenti alors que les événements ne correspondaient pas avec la situation. Il n’était pas normal que son jugement et son esprit disparaissent au moment où de telles forces se renforcent tellement contre lui. Cela n’était pas justifié par une chute venant de son côté. Il s’agissait pour lui seulement de la nécessité de s’élever vers un niveau supérieur.

Et alors «il eut un songe. Et voilà une échelle reposait sur la terre, et son sommet atteignait le ciel» (Ber. 28,12). Dans cette vision, on lui a montré que tout le travail de l’homme dans ce monde se rapporte à cette échelle, dont la base se trouve sur la terre, mais sa partie supérieure monte jusqu’aux cieux. D’où la nécessité de continuellement s’élever, de degré en degré, à la façon dont on gravit les échelons d’une échelle. C’est pourquoi chaque fois cela suscite tellement de réactions et d’opposition contre lui, contre sa progression. Mais voilà, des envoyés, des anges de l’Éternel, montent et descendent sur cette échelle. Ce sont les serviteurs de Hachem, les anges font allusion à eux. Et leurs montées et descentes, sur le symbole de l’échelle, pour ceux qui sont perspicaces et confiants par rapport aux enseignements de nos Sages ZL comprennent qu’il ne peut pas du tout être question de chute. Celui qui accepte le principe des étapes pour s’élever de niveau en niveau se renforce. Et le contraire pour celui qui n’envisage pas de se renforcer, il s’agit effectivement pour lui d’une chute.

«Et voilà Hachem se trouvait sur lui et dit...» (Ber. 28,13). Il lui transmet de fortes promesses, à lui Yaakov, en tant que représentant de l’homme intègre d’Israël. Il doit se maintenir lors des épreuves, sans abandonner ses acquis, jusqu’à atteindre le prochain échelon. Par conséquent Hachem l’assure «Je serai avec toi, et Je te garderai partout où tu iras» (Ber. 28,15). Il lui promet que malgré tout ce qu’il va devoir endurer, Il sera pour lui une protection. Jusqu’à ce qu’il atteigne pleinement son niveau le plus élevé. Cela correspond «car Je ne t’abandonnerai pas tant que Je n’aurai pas accompli ce que Je t’ai promis» (ibid.). Ce sont tous les niveaux de sainteté que nous mériterons d’atteindre par Ses grandes Miséricordes.

«Et Yaakov se réveilla» (Ber. 28,16). C’est lorsqu’on se secoue de son sommeil et l’on prend conscience, avec douleurs et regrets, de ces moments où d’autres forces ont tellement pu se répandre contre nous. Yaakov dit alors «assurément, Hachem est présent en ce lieu, et moi je l’ignorai» (ibid.). Il ne s’était pas imaginé que Hachem pouvait être présent à cet endroit. Parce que les illusions sont parvenues à le perturber, comme si Hachem n’était pas présent, dans le but de le faire trébucher. Mais, combien sont imposantes les miséricordes divines! Jusqu’alors elles ne l’ont pas abandonné, pour qu’il réussisse à se maintenir sur ses acquis. Jusqu’à ce qu’il prenne pleinement conscience qu’en vérité Hachem est présent à cet endroit. Il ne s’agissait pas du tout d’une chute. Ce n’était qu’un processus obligatoire contre lui, pour lui permettre de s’élever vers un niveau supérieur. Et ainsi se rapprocher encore plus. Raison pour laquelle Yaakov a formulé le vœu d’amener un holocauste et de donner pour la bienfaisance. Parce que l’essentiel en vue de dominer les écorces, à tous les niveaux, c’est grâce à l’acte de charité. Il permet le dévoilement de tous les rayonnements. C’est également toute la notion des sacrifices apportés et consacrés dans le Sanctuaire. C’est l’expression de la grandeur d’âme, de la magnanimité dans son cœur.

«Et Yaakov souleva ses pieds, et alla vers le pays des enfants de Kedem. Et il vit un puits dans le champ… et une grosse pierre reposait sur la margelle du puits» (Ber. 29,1-2). Pour nous enseigner que Yaakov a déplacé ses pieds, ce qui représente un niveau inférieur, et il les élève à chaque fois. Il a tellement surmonté ses épreuves, il ne s’est pas laissé abattre par tout ce qu’il a enduré. Il a mérité de saisir de telles compréhensions, que les écorces et l’imagination se déploient à tous les niveaux. Et leur domination est possible grâce aux rayonnements mentionnés. Cela correspond à tout ce qu’il a appréhendé dans son rêve, dans la vision de l’échelle, que Hachem se situe au-dessus de lui pour le protéger à tous les niveaux. Et alors «il souleva ses pieds», car il mérite constamment de s’élever depuis un niveau inférieur vers un supérieur. 

Un niveau inférieur, par rapport à un supérieur, correspond aux pieds. «Et alors il alla vers la terre des enfants de Kedem». Il alla pour transmettre à tous ceux qui désirent revenir vers Hachem, qu’ils doivent toujours se renforcer, et ne jamais tomber et se laisser abattre. «Les enfants de Kedem» correspondent à ces Nefashot/âmes élevées à leur racine. Mais, elles sont tombées là où elles se trouvent, la notion de la terre et de la matérialité. L’origine de cette désignation «Kedem» vient de «vous êtes les enfants de Hachem votre Éternel», l’idée que Hachem précède/Kedem tout. De même la Torah est appelée «précédant/Kedem», car elle vient avant le monde (Prov. 8,23). Pour nous expliquer que ces Nefashot correspondent aux enfants de Hachem, aux enfants de la Torah. Ainsi, les Nefashot elles-mêmes sont appelées «précédent/Kedem» parce que les Nefashot d’Israël ont précédé le monde. 

Selon la notion Israël, la Torah et le Saint, béni soit-Il, forment un tout. Aussi, ces Nefashot proviennent de la notion des «années antiques», elles sont extrêmement précieuses et élevées. Mais, elles sont tombées dans la matérialité. Il est nécessaire de les ramener vers leur racine. Pour cela ils sont appelés les enfants de Kedem «Hachem ramène-nous vers Toi, et nous reviendrons, renouvelle pour nous les jours d’autrefois/Kedem» (Lam. 5,21). Parce que le repentir est un concept qui précède le monde. Yaakov, qui représente toute la vraie grandeur, celui qui est parvenu à relever tous les niveaux inférieurs, il s’est rendu précisément vers la terre des enfants de Kedem pour les ramener au repentir. Et «il vit le puits dans le champ etc., et une grosse pierre sur son ouverture» (Ber. 29,2). Cette grande pierre recouvrait les eaux vivantes, qui sont le savoir et l’intelligence véritables. Car «les eaux vivantes du puits» proviennent de la source sortant de la Maison de Hachem. Sur elles repose une grande pierre. Elle correspond à la force de l’imagination, elle se nomme «le cœur de pierre» (Ezechiel 11,19-36,26). «Et trois troupeaux de menus bétail étaient couchés à l’entour» (ibid.). 

Ils représentent les trois niveaux se trouvant dans Israël, les grands, les petits et les moyens. Ils sont relatifs aux notions d’intelligence, celle en potentiel, en action ou acquise. Il se trouve des personnes ayant réussi à un peu briser leur cœur de pierre. Ils ont élevé leur imagination vers l’intelligence. Mais celle-ci reste encore en puissance, elle correspond à ceux pour l’instant d’un bas niveau. Ils ne sont pas encore parvenus à transformer cette intelligence potentielle en action. Ils n’ont pas mérité de briser entièrement leur cœur de pierre. Certains sont déjà parvenus à transformer l’intelligence en puissance sous forme d’action. Mais ils n’ont pas encore atteint le niveau d’une sagesse acquise et intégrée, à cause de cette dureté du cœur. Ce sont les moyens. D’autres sont déjà parvenus à une intelligence acquise. Mais cette grosse pierre se maintient encore au-dessus du puits, et elle les empêche d’atteindre le niveau qui devrait être le leur. Cette grande pierre obstrue l’ouverture de tous ces puits vivants, d’où sort l’eau venant de la source de la Maison de Hachem. Désormais cela exige de beaucoup demander pour trouver ces Guides spirituels d’exception, ceux qui savent abreuver le troupeau, les Nefashot d’Israël. 

Source: Elhanan Lepek