Parachat Vayigach
Bannière

Reflexions sur la paracha vayechev

Paracha Vayeshev

בס"ד

לרפואה שלמה של יוסף בן דוד

ושל חביבה בת גדה



RÉFLEXIONS SUR LA PARACHA

VAYECHEV : # 117


כי לא אלמן ישראל ויהודה מא.ל.ה.י.ו, Certes, Israel non plus que Yeouda n'est veuf de son Dieu (Yirm. 51:5).

Sujets du Dvar Torah:
Qu'est-ce que le puit contenait - Libre arbitre et providence divine - Résumé


QU'EST-CE QUE LE PUIT CONTENAIT?
וישליכו אותו הברה והבור רק אין בו מים, Ils l'ont jeté dans le puis et le puis était vide, il n'y avait pas d'eau.

I. Explication Selon Le Remez, l'allusif:
Le Rav Tsvi Elimelekh Chapira de Dinev, auteur du Agra DeKalla entre autre, trouve une allusion merveilleuse qu'il y avait des serpents et des scorpions dans le puit. La valeur cachée de בור est égale à celle de נחש ועקרב, serpent et scorpion:

נחש ועקרב = ית + יו + יש = 736

Une autre allusion est donnée par le Sefer HaCharedim (Mitsvat HaTechouva fin du chap.4) disant que les mots du verset אין בו sont des initiales de אבל נחשים ועקרבים יש בו, mais il y en lui (puit) des serpents et des scorpions. Le Sefer HaCharedim continue en disant pourquoi les Sages disent que le puit contenait des serpents et des scorpions et non pas que le puit contenait des pierres, et quel est l'enseignement de cette déduction des Sages. Il répond que quand l'homme n'étudie pas la Torah, le serpent, qui est le mauvais penchant, vient immédiatement. C'est la raison pour laquelle les Sages déduisent cette allusion de la présence de serpents et des scorpions. 

Nous pourrions rajouter que le verset fait allusion à la Torah car il contient le mot מים, eau qui est une comparaison à la Torah comme il est dit (Yech. 55:1): Ah! vous tous qui avez soif, venez, voici de l'eau. Rabénou Yeouda HaChassid trouve une allusion à cela dans la v.n. de והבור רק אין בו מים qui est égale (678) à celle de ואין תורה, et il n'y a pas de Torah car les frères ont empêché Yossef d'étudier la Torah de son père. La source la plus proche de cette équivalence est le Midrach Agada: Le puit est vide, il n'y a pas d'eau --> il n'y a pas de paroles de Torah et l'eau n'est que la Torah. Ceci nous enseigne que dû à la grande souffrance, Yossef a oublié son étude (voir Ber. rab. 84:16: les tribus ont oublié la loi de la Torah; et Z.H. I:184b).


Le verset dit qu'il n'y a pas d'eau, donc pas de Torah, donc il y a serpents et des scorpions.
Rabénou Yeouda HaChassid trouve une allusion à la présence de serpents dans la v.n. de הבורה והבור (il ajoute un vav dans הבורה pour l'équivalence) qui est égale (437) à celle de נחשים היו בו, il y avait des serpents. Il se base sur le Talmud (Chabbat 22a): מים אין בו, אבל נחשים ועקרבים יש בו, Il n'y a pas d'eau, mais il y a des serpents et des scorpions (Ber. Rab. 84:16; Tanh. Buber Vayechev 13).
Selon le sod, le Arizal (Sefer HaLikoutim Vayechev 37) dit que le serpent est le sod de la מינות réveillé par Reouven en proposant de jeter Yossef dans le puit. Donc, forcément, le Arizal pense qu'il y avait des serpents dans le puit.
            

  II. Explication Midrachique
A partir de ce qui est déclaré, le puit était vide, ne savons-nous pas qu'il n'y avait pas d'eau? Qu'est-ce que donc la Torah signifie quand elle dit qu'il n'y avait pas d'eau (voir Chabbat 22a)? Le Midrach (84:16) explique:
וישליכו אותו הבורה והבור רק אין בו מים, מים אין בו אבל נחשים ועקרבים יש בו, שני בורות היו אחד מלא צרורות ואחד מלא שרפים ועקרבים, א"ר אחא בור רק נתרוקן בורו של יעקב, אין בו מים, אין בו דברי תורה שנמשלו למים, היך מה דאת אמר (ישעיה נה) הוי כל צמא לכו למים, כתיב (דברים כד) כי ימצא איש גונב נפש מאחיו, ואתם מוכרים את אחיכם.
Le verset insinue qu'il n'y avait pas d'eau, mais il y avait des serpents et des scorpions1. Il y avait deux puis, un remplie de cailloux et un remplie de serpents et de scorpions2 (* voir fin de cette section expliquant la présence de serpents et de scorpions dans le puis).
Une autre interpretation du verset:
R' Aha a dit: le puit était vide implique le "puis" de Yaakov - une référence aux enfants de Yaakov, les frères de Yossef (Rachi) - était vide3. Et en quoi les frères de Yossef étaient vides? Il n'y avait pas d'eau, c'est à dire qu'il n' yavait pas des paroles de Torah4, qui sont comparées à l'eau, comme il est dit dans Yechaya (55:1): Ah! vous tous qui avez soif, venez, voici de l'eau5. Car il est écrit (Dev. 24:7): Si un homme est convaincu d'avoir enlevé qu'elqu'un de ses frères...ce ravisseur doit mourir, et toujours est-il vous avez kidnappé et vendu votre frère!


Élucidation du Midrach:
1. Les commentateurs demandent: Mais si Reouven avaient l'intention de sauver Yossef, pourquoi a-t-il dit à ses frères de le jeter dans le puis contenant des créatures mortelles? Mizrahi (cité par Nehmad KeMareh) répond que les frères ne savaient pas l'existence de serpents et de scorpions dans le puis. Yefeh Toar cite Ramban qui écrit que le puis était tellement profond qu'ils ne pouvaient pas voir sa base; ou, alternativement, que les créatures se cachaient dans les fentes du puis.


2. Ceci est une interpretation confictueuse et différente du verset. Elle dit que puisque la Torah ne déclare pas simplement: et ils l'ont jeté dans le puis et il était vide, la deuxième mention de "puis" (le puit était vide) souligne l'existence d'un deuxième et adjacent puis (Yefeh Toar, Ets Yossef). Initialement les puis étaient séparés; un contenant des serpents et des scorpions et l'autre était vide. Mais avant que Yossef soit jeté dedans, le mur les séparant s'est effondré. En étant jeté dans ce puis à une double taille, Yossef était exposé à deux dangers: les serpents et scorpions (du premier puis) et les cailloux tombant du deuxième puis. Néanmoins, Dieu l'a sauvé des deux (Yefeh Toar).


Alternativement: "il y avait deux puis" n'est pas une nouvelle interpretation, mais une réponse à la question posée dans la note précédante de pourquoi Reouven a-t-il dit à ses frères de jeter Yossef dans le puis contenant des créatures mortelles s'il avait l'intention de le sauver. Reouven a actuellement demandé aux frères de ne pas jeter Yossef dans le puis contenant des serpents et scorpions (qui, selon cette approche, étaient visibles et connus aux frères); il leur a dit de le jeter à la place dans ce puis dans le désert (vs.22) - le puis contenant des pierres - où Yossef mourerait simplement de faim. Il a argumenté à ses frères que ceci était préférable parce que c'était une manière moins directe de tuer Yossef; et ils ont accepté. Cependant, parce que Yossef pouvait potentiellement empiler les cailloux l'un sur l'autre afin de s'échapper, les frères ont choisi de le jeter dans le deuxième puis, celui qui contenait des serpents et scorpions (Tifheret Tsion; voir une deuxième explication dans Nehmad LeMareh).
Lire l'aperçu LIBRE ARBITRE ET PROVIDENCE DIVINE pour une troisième approche complètement différente.


3. Le Midrach appelle les enfants de Taakov "un puis" parce que du puis jaillit de l'eau, et la Torah compare les descendants d'une personne à de l'eau comme il est dit (Yechaya 48:1): Ecoutez ceci, Ô Maison de Yaakov...qui êtes issus de la source de Yeoudah (Ets Yossef de Yefeh Toar; pour une explication différente voir Matnot Kehounah).


4. C'est à dire, les frères ne connaissaient pas certains enseignements de Torah.


5. Le Talmud, également, cite souvent ce verset de Yechaya en comparant la Torah à l'eau.
* Comment savons-nous que le puit était infecté de serpents et de scorpions? הברה והבור רק אין בו מים, Dans le puit. le puit est vide, il'y a pas d'eau (37:24):הברה Pourquoi la répétition? Puisque le verset dit que le puit était vide, n'est-il pas évident qu'il n'y avait pas d'eau dedans? La redondance implique: il n'y avait pas d'eau dedans mais il y avait des serpents et scorpions dedans (Rachi citant Chabat 22a). La phrase en plus il n'y avait pas d'eau dedans implique que le vide n'était pas total; Ceci est basé sur l'exegèse rabinique dans le Talmud (Sanhedrin 15a): une exclusion [dans notre cas: le puit était vide] suivie par une autre exclusion [il n'y avait pas d'eau dedans] n'implique pas une limitation mais une extension [c-a-d, la première limitation n'est pas totale, mais elle est circonscrite par la deuxième]. Dans notre cas, le vide du puit n'incluait pas un manque de serpents et de scorpions dedans.


Que cette exegèse rabbinique indique uniquement la présence de serpents et de scorpions plutôt que d'autres créatures dangereuses, est comprise par les commentateurs d'être une gezerah chavah, un enseignement dérivé d'une similarité de phrases. Notre verset dit אין בו מים, il n'y avait pas d'eau dedans; une phrase similaire est dans (Devarim 8:15): des serpents brûlants et des scorpions, et une soif אשר אין מים, où il n'y avait pas d'eau. De même que là-bas la phrase est utilisée dans une situation où il y avait des serpents et scorpions, dans notre cas, aussi, le puit était sans eau mais il contenait des serpents et scorpions.

LIBRE ARBITRE ET PROVIDENCE DIVINE

Ohr HaChaim (37:21) présente une interpretation fascinante, celle qui touche sur l'issue profonde de comment lier deux principes fondamentaux de la foi juive -- le principe du libre arbitre de l'homme et le principe de la providence Divine. Selon Ohr HaChaim, Reouven était bien conscient que le puits était infecté de serpents et de scorpions. Ohr HaChaim addresse l'évidente question: Comment, alors, Reouven pouvait, dont les intentions étaient de sauver Yossef, conseiller à ses frères de jeter Yossef dans le puits? Pourquoi n'était-il pas soucieux que les créatures poisonneuses pouvaient le tuer?


Ohr HaChaim répond que les frères avaient raisonné que si leur plan de tuer Yossef devait réussir, cela démontrerait que ses rêves de gouverner sur eux étaient des illusions, non pas des prophéties. Car si Dieu avait vraiment l'intention que Yossef règnerait sur eux, surement Il n'aurait pas autorisé qu'un mal quelconque de tomber sur lui! Réouven, néanmoins, a argumenté que même s'il réussissait de tuer Yossef, cela ne désapprouverait pas la nature prophétique des rêves de Yossef. Puisque l'homme a le libre-arbitre, un individu peut faire du mal à son prochain, même si Dieu n'a pas décrété qu'un mal devait lui arriver. Les serpents et les scorpions, cependant, n'ont pas le libre-arbitre. Par conséquent, ils ne pouvaient pas faire du mal à Yossef à moins que Dieu a ordonné qu'un mal devait lui arriver. 

Donc, Reouven a raisonné qu'ils devraient jeter Yossef dans le puit avec les créatures mortelles, qui n'ont pas de libre-arbitre. Si Yossef était innocent, Dieu intercèderait pour le sauver d'elles. Ohr HaChaim conclut que ceci est le sens du verset (vs.22): de le sauver de leurs mains - c'est à dire, des mains des êtres humains, sur lesquelles Dieu a attribué le cadeau du libre-arbitre.


L'approche du Ohr HaChaim, qui est partagé par alcheikh (sur vs.18) et le Netsiv (Harchev Davar sur vs. 13 et 31:21), est basée sur le Z.H. (I:185a). Selon cette opinion, Dieu n'intercède pas afin de sauver la personne menacée par un autre être humain pour ne pas poucher au principe du libre arbitre, la pierre angulaire de l'objectif de Dieu pour ce monde. 

Car cela est Son intention que les humains - ayant le libre arbitre de faire comme ils choisissent - devraient reconnaitre Sa présence dans le monde et de se soummettre à Son voeu.
Beaucoup d'autorités éminentes, néanmoins, incluant R' Saadia Gaon (Emounot VeDeot Ch. 4), Hovot HaLevavot (Chaar Habitahon Ch. 3, Introduction), Sefer HaChinoukh (#241), R' Avraham ben HaRambam (Commentaire sur Ch. 21:13), et Sefer Chassidim # 751 (voir aussi le Hafets Haim al HaTorah, Ch. 21:19), divergent fortement. Elles argumentent qu'un être humain ne peut pas faire du mal à un autre être humain à moins qu'il a été préétab;it dans le Ciel qu'il devrait mériter un tel destin. 

Plutôt, celui qui fait du mal à son collègue agit uniquement en tant qu'instrument de Dieu. La raison pour laquelle un individu particulier est celui qui exécute l'acte est basée sur le principe que Dieu cause des bonnes choses d'arriver à travers des personnes vertueuses et des mauvaises choses à travers des mauvaises personnes (voir Chabbat 32a). Au sujet de comment une personne peut être punie pour avoir fait du mal à un autre, puisqu'en essence, il réalise le voeu Divin, voir Rambam (Hilkhot Techouva 6:5 avec Hassagot HaRaavad, et Ramban sur Ber. 15:14).
Pour une discussion additionnelle sur ce sujet, voir Michtav MeEliaou vol. 4, et Siftei Haim, Pirkei Emounah VeHachgaha).

RÉSUMÉ
וישליכו אותו הברה והבור רק אין בו מים
  • אין בו sont les initiales de אבל נחשים ועקרבים יש בו

  • La v.n de la forme pleine et cachée de בור est: נחש ועקרב = 736 = בית + ויו + ריש

  • הבורה והבור = 437 = נחשים היו בו

  • Le Baal Hatourim dit que la note massoratique ב' sur le mot רק, vide signifie que ce mot apparait deux fois dans la Bible: 1) ici; et 2) כי לא דבר רק הוא, car ce n'était pas une chose vide (Dev. 32:47). Ceci indique que le puis n'était pas une chose vide, car il y avait des serpents et des scorpions. Le verset signifie donc: Il n'y avait pas de l'eau, mais il y avait des serpents et des scorpions (Maharam MiRothenbourg; Chabbat 22a).

  • Selon le sod, le Arizal (Sefer HaLikoutim Vayechev 37) dit que le serpent est le sod de la מינות réveillé par Reouven en proposant de jeter Yossef dans le puit. Donc, forcément, le Arizal pense qu'il y avait des serpents dans le puit.

  • בשכמלו

    Il est interdit d'utiliser les RÉFLEXIONS SUR LA PARACHA ou certaines parties dans un but commercial car certaines sections sont des traductions integrales de textes de livres en Anglais, MERCI.
    Bannière