Parachat Vayetse
Bannière

Tout est pour le libre arbitre

Paracha Va'era


Hachem nous démontre dans cette Paracha nos erreurs dans l’interprétation d’événements. En effet, à la fin de la précédente section, Moshe Rabenou s’est plaint. Il a demandé «pourquoi il s’en est suivi du mal» (Chemot 5,29). Il considère les conséquences négatives de son intervention pour libérer les Hébreux de l’Égypte. Maintenant, Hachem répond à Moshe en lui disant «Je suis Hachem!» (Chemot 6,2). Toutes les questions soulevant des difficultés sur Ses Conduites découlent d’un voilement de la vérité. Étant donné notre impossibilité de comprendre et de saisir Ses Voies. Ce sont les questions essentielles

concernant le Juste qui endure le mal, le méchant qui bénéficie du bien, etc. (Berahot 7,1). 

Mais, tout est pour le libre arbitre. Lorsqu’une expression fait usage du nom «l’Éternel», cela se rapporte à l’attribut de rigueur dans le jugement. Lorsqu’il est écrit «Il lui dit: Je suis Hachem» (Chemot 6,2), il est fait référence à l’attribut de miséricorde. Pour nous apprendre que «Hachem seul est l’Éternel» (Devarim 4,35), tout n’est qu’UN. Car l’attribut de miséricorde et celui de rigueur, selon la véritable vérité, forment un tout. Seulement, il nous est impossible de parvenir à saisir ce concept. Car l’essence véritable de Ses Conduites, de Ses Valeurs, est au-delà de nos capacités de compréhension. De la même façon, il ne nous est pas donné de saisir Son Essence.

Il nous est indiqué «Je suis apparu à Avraham, Yitshak et Yaakov comme étant l’Éternel Chadai/suffisance, mais Mon Nom Hachem, Je ne le leur ai pas fait connaître» (Chemot 6,3). Bien que l’essentiel du véritable dévoilement de Son Éternité fut grâce à nos Pères Avraham, Yitshak et Yaakov. Mais, il n’est pas possible de dévoiler la vérité d’un seul coup. Elle doit être clarifiée précisément dans le monde où règne le libre arbitre et de génération en génération. Jusqu’à ce que vienne le Mashiah. Alors, la vérité sera entièrement dévoilée. Parce qu’Il est Unique et unifié avec Son Nom (Zacharie 14,9). C’est-à-dire que Son Essence avec la réalité n’est qu’Un. Car l’essentiel de la vérité correspond à cette unification de l’entièrement bon et de l’entièrement saint. Mais, en se plaçant du point de vue du récipiendaire de cette réalité, il existe de très nombreuses conceptions et appréhensions concernant Sa Vérité.

 Il en va pour chacun en fonction de son investissement, de ses efforts ou de son service pour Hachem. En référence au verset «son époux est considéré dans les portes» (Michlei 31,23). Pour chacun en fonction de la porte qu’il réussit à ouvrir dans son cœur (Zohar Vaera 31,23). Il est connu que l’expression «dans les portes» fait allusion au Saint, béni soit-Il. Pour nous apprendre que dans la mesure de son engagement, ainsi il devient possible de saisir Sa Vérité. Ainsi, on peut mériter dans son cœur sa porte de la compréhension. Cela est expliqué en plusieurs endroits dans le saint Zohar. Il se trouve des personnes qualifiées comme maîtrisant les mains, là où d’autres sont désignées comme maîtrisant les pieds. Parce que certains comprennent les principes appelés les mains, etc. Par contre, il s’en trouve d’autres qui saisissent selon le concept des revêtements du roi. Mais, le Saint, béni soit-Il, Lui-même ne change pas, sous aucune appréhension.

Ainsi, pour chacun, en fonction de ses capacités de compréhension concernant la vérité de Hachem, ainsi se dévoile pour lui le secret du Nom de Ses Noms. Il existe sept Noms qui ne peuvent pas être effacés (Yore Deah 276,9). Et parmi eux il se trouve plusieurs degrés. Le Nom du Tétragramme se situe au-dessus de tous. Il fait référence, pour nous, à l’essence même du Nom. Mais, même le Nom du Tétragramme, béni soit-Il, n’apparaît seulement après la Création. Après qu’Il ait dévoilé Ses Noms aux Sages. Pour qu’ils puissent appréhender Sa Vérité. Parce qu’avant la Création, il n’existe absolument aucun Nom. 

Comme il est écrit «et Il n’a aucun Nom connu» (Tikounei Zohar 17:). Comme tout cela est ramené dans les livres des initiés. Pour toutes ces notions il existe des différences de niveaux également entre les Sages. Bien que tous reconnaissent et savent sur Sa Vérité, que tout est Un et tout est entièrement bon, etc. Et, en fonction des différences existant entre eux, ainsi chacun parvient à saisir selon chacun de Ses Noms.

Et «Je suis apparu à Avraham d’après le Nom de l’Éternel Chadai» (ibid.). Il s’agit d’un Nom saint et impressionnant. Mais, il s’agit d’un Nom également utilisé par les anges. Comme il est écrit «voilà J’envoie devant toi des anges» (Chemot 23,20). C’est-à-dire qu’ils parviennent à saisir Sa Vérité de leur côté, selon leur inclusion en Lui. Mais, il convient d’être très attentif, pour ne pas se tromper dans cette compréhension, en pensant que cela pourrait correspondre à Sa véritable Essence. À ce sujet il est indiqué «sois circonspect à Son égard et docile à Sa voix; ne lui résiste point!» (Chemot 23,21). 

Raison pour laquelle Moshe Rabenou dit «si Ta Face ne nous guide pas, ne nous fais pas monter d'ici» (Chemot 33,15). Le niveau de compréhension atteint par Moshe Rabenou était extrêmement élevé. Il est parvenu à saisir l’essence même du Nom, béni soit-Il. Mais également les grands Sages, ceux qui sont parvenus à appréhender seulement le Nom correspondant à Chadai/Sa Suffisance, ils savent et ils sont particulièrement prudents, pour ne pas tomber dans l’erreur qu’il pourrait s’agir là de la connaissance ultime. Ils savent qu’il est impossible d’atteindre la vérité absolue concernant Hachem. Par conséquent, de même, il n’est pas possible de comprendre Ses Voies ou Ses Conduites dans le monde. Ce qui se passe au moyen de Ses Qualités, de Ses Attributs, qui sont Ses Noms. Car, tout nous dépasse et se situe au-delà de tous nos niveaux de compréhension. Son Essence véritable est absolument voilée et impénétrable.

Hachem a répondu à Moshe Rabenou, lorsqu’il Lui a demandé «pourquoi as-Tu rendu ce peuple misérable? Dans quel but m'as-Tu envoyé?» (Chemot 5,22), à Avraham et à tous nos Pères Je me suis dévoilé seulement sous le Nom de Chadai. Là où aussi les anges peuvent parvenir à une compréhension. Mais, sous Mon Nom du Tétragramme, là où il n’est pas possible aux anges de savoir, Je ne me suis pas fait connaître à eux. Aussi, assurément, les véritables conduites de Hachem étaient encore plus voilées pour eux. Malgré tout, ils n’en sont pas venus à questionner concernant Mes Implications. Ainsi l’expliquent nos Sages ZL (Sanhedrin 111), et Rachi là-bas au sujet de Sa Promesse de leur donner le pays d’Israël. Et lorsque Avraham a voulu ensevelir Sarah, il a été obligé d’acheter le caveau pour sa sépulture. De même pour Yitshak et Yaakov. Ils savaient qu’ils n’avaient pas encore saisi la véritable essence de Ses Attributs. 

Et toi, à qui J’ai déjà dévoilé une compréhension de l’essence du Nom du Tétragramme, tu désires connaître et comprendre pleinement Mes Conduites, Mes véritables Voies? D’autant plus l'on atteint un véritable haut niveau, ainsi il importe de savoir combien on se trouve encore très éloigné de la véritable essence de la compréhension. Car l’essentiel de la véritable compréhension réside seulement dans notre perception de notre extrême éloignement de l’absolue vérité. Il s’agit de la base du principe de la finalité de la connaissance consiste à avoir conscience que l’on ne sait pas!

Également avec eux J’ai établi une alliance, de leur donner le pays de Canaan. Et Moi aussi J’ai entendu le gémissement des enfants d’Israël (Chemot 6,4). Il a démontré à Moshe Rabenou qu’Il n’avait pas dévoilé aux Pères Sa véritable Essence, malgré tout ce qu’ils ont enduré et tous leurs efforts, comme Il l’a fait pour lui. Mais cela n’a pas été en vain. Car malgré tout seulement eux ont obtenu, au moyen de leur servitude, d’attirer et de nous donner comme héritage le pays d’Israël. Là où se situe l’essentiel d’une véritable appréhension pour tout un chacun d’Israël. Seulement, il est nécessaire pour cela de patienter jusqu’à ce que vienne la première délivrance, et ensuite jusqu’à la dernière délivrance. Mais en fonction de la fin finale, toute la conquête du pays d’Israël, depuis le début jusqu’à la fin, tout est grâce à la force de nos Pères. Ainsi cela ressort dans toute la Torah. 

Également pour Moshe Rabenou, bien que Je t’ai dévoilé le Nom Hachem, qui est une compréhension de la vérité relativement plus élevée, il n’en reste pas moins pour toi l’impossibilité de saisir pleinement Mes véritables Conduites. Et c’est pourquoi, bien que tu puisses entrevoir selon ta vérité qu’Israël ne t’écoute pas. Et ils vont Me provoquer, et toi aussi, à plusieurs reprises. Également maintenant Pharaon empêche le renvoi d’Israël, plus encore, il alourdit beaucoup leur servitude. De même Dathan et Aviram se révoltent, etc. Pour toutes ces raisons, tu n’as pas voulu, au début, aller vers ta mission. Aussi, présentement tu t’insurges sur le sens de ta mission, etc. Malgré tout cela, tu es dans une situation où tu es contraint d’annuler tes conceptions face à Moi. Tu dois aller selon ta mission. Car, contre toutes les apparences, tu agiras et tu réussiras grandement dans ce que tu vas accomplir. Car, à la fin finale, tu les sortiras d’Égypte avec un bras étendu et tu donneras la Torah à Israël. Et ce qui se passera par la suite, il n’est pas de ton ressort de t’en préoccuper. Tout ce que tu entreprends en faveur d’Israël, tout ce bien, de toute éternité ne sera jamais perdu.

Il s’ensuit une règle générale, même si tu ne parviens pas à saisir l’essence de la vérité, malgré tout chaque Sage ou Juste véritable accompli et réalise beaucoup par son engagement. Ils éclairent en nous la vraie sainteté de la Torah. Cela en fonction des particularités de la présente génération. En tenant compte des exigences du temps et de la situation. N’importe quels bons aspect et appréhension de la vérité, même du plus insignifiant parmi Israël, se révèlent être extrêmement précieux à Ses Yeux. Jamais cela ne disparaîtra. Et tout ce qui se passe avec tout un chacun, cela est pour nous absolument impossible à saisir. Également pour les plus grands des Sages eux-mêmes, il ne leur est pas donné de comprendre pleinement les voies véritables de Hachem. Malgré tout, leurs vrais engagements se perpétuent pour toujours. Comme il est écrit «Je leur rétribuerai selon leur œuvre avec équité» (Isaïe 61,8). Il en va de même pour chacun de tous les bons aspects qui s’éclairent en nous, même dans notre extrême insignifiance, ils ont une portée infinie.

Source: Elhanan Lepek