Bannière

Le monde tout entier se maintient sur l'étude de la Torah

Paracha Toledot


Pour nous, il s’agit d’un concept évident, le monde tout entier se maintient et est conduit uniquement grâce à ce que la sainte Torah représente. Si tous étudiaient la Torah seulement dans son essence, pour ce qu’elle représente, sans absolument aucun intérêt particulier, le monde tout entier serait déjà parvenu à sa réparation finale. Et sur eux seront dispensées et diffusées toutes les bénédictions et abondances. Mais, l’essentiel des dommages et des perturbations est provoqué par la discorde. Ainsi, beaucoup de ceux qui se consacrent à l’étude ne le font pas pour elle-même. Et ceux qui s’y adonnent rencontrent de très grandes difficultés pour atteindre un très haut niveau de pureté et de clarté, comme il conviendrait. Aussi, toutes les clarifications nécessaires ne peuvent s’obtenir seulement grâce à des Justes pouvant correspondre à Moshe Rabenou. Ce sont ceux qui réussissent à étudier la Torah entièrement pour ce qu’elle est, sans aucune autre intention personnelle, dans une extrême pureté, sans absolument aucun rebut. Et si tout le monde s’annulait face à de telles personnalités, tout serait parfaitement réparé.

En raison de nos trop nombreuses transgressions, non seulement nous ne nous soumettons pas à de telles personnalités, mais au contraire, nous sommes trop souvent en dissidence ou en opposition contre ce qu’elles représentent. Toutes les discordes et toutes les oppositions découlent des obligations devant lesquelles on peut se trouver contraint de mettre entre parenthèses quelques très fins éléments de son étude pour elle-même. Cela correspond à la notion de la gauche, à la nécessité d’attirer quelques aspects matériels ou de reconnaissance. À cause de cela, celui qui étudie ne parvient pas à une absolue intégrité nécessaire.

Il ne parvient pas à voir dans la Torah son essence. Et pour celui qui ne le mérite pas, celle-ci peut se transformer en force déstabilisante. En conséquence de quoi, il s’opère des déviations. Celles-ci profitent aux forces d’opposition qui peuvent se renforcer contre lui. Jusqu’à ce qu'il en vienne à utiliser, ce qu’il étudie dans la Torah, pour parler contre ceux ayant atteint de hauts niveaux. De là découlent de nombreux dommages et destructions, que nous en soyons protégés. Cela constitue toutes les luttes fondamentales entre Yaakov et Esaw.

[Certains lisant ces allégations resteront sceptiques. Une simple illustration permet d’imager un tout petit peu ce qui est tenté d’être énoncé. L’énergie électrique produite n’est pas visible, si ce n’est les effets qu’elle met en œuvre. Ceux-ci peuvent être ressentis ou visibles. La Torah est composée de lettres, elles sont des forces avec lesquelles le monde a été créé. Il existe et est en mouvement constant, avec tout ce qu’il contient. Cette énergie reste en puissance, tant que personne ne l’étudie. Cela revient à dire que plus nombreuses sont les personnes qui se consacrent à l’étude de la Torah, ainsi la puissance de cette énergie se déploie et se répand dans le monde tout entier. De même que la production d’électricité est une simple activation de particules, il en va de même au niveau spirituel. L’étude de nos saints textes produit une énergie spirituelle impalpable, mais bien réelle pour celui qui s’applique à bien observer. Car même aujourd’hui, dans ce monde tellement matérialiste et virtuel, combien s’amplifient le nombre de ceux qui se consacrent, peu ou beaucoup, à l’étude de tout ce que notre Torah contient comme potentiel. Et chaque nouveau chaînon qui s’ajoute et se développe permet la fabrication de nouvelles mailles venant encore agrandir les filets.]

Notre Père Yaakov s’est trouvé dans une situation où il a été contraint d’utiliser toutes sortes de stratagèmes contre son frère Esaw. Il comprenait la nécessité d’obtenir les bénédictions de leur père Yitshak. Celui-ci ne pouvait pas, en raison de la nature profonde de dissimulation d’Esaw, découvrir combien il le trompait. Il donnait des produits de sa chasse dans la bouche de son père. Il nous est expliqué que précisément il utilisait la bouche pour tromper son père. Il lui posait des questions de façon à apparaître à ses yeux comme étant un érudit. Par exemple, comment prélever la dîme sur de la paille, etc. Il parvenait à se présenter comme quelqu’un se conduisant seulement d’après les indications de la Torah, et même avec des exigences supplémentaires. Tout n’était que mensonge et tromperie. Esaw allait constamment en suivant ses mauvais instincts. Principalement, les inclinations de ses pulsions face aux femmes, etc. 

Ainsi nous l’expliquent nos Sages ZL. Malgré cela, il apparaît évident qu’il était également versé dans la Torah, avec laquelle étaient également occupés nos Pères. Tout ce qu’ils avaient reçu de Chem et de Ever. Mais, toute l’étude de Esaw n’était absolument pas pour elle-même. Il ne recherchait pas la bénédiction, et toute son étude était orientée dans la recherche des moyens de tromper son père. Cela correspond à cette notion de «la chasse dans sa bouche» (Ber. 25,28). Selon les indications de nos Sages ZL, et comme expliqué plus haut. 

Au point où Esaw réussit à tromper son père Yitshak avec ses odieuses machinations. Tous ces dommages trouvent leur origine dans la faute du premier Homme. Nos Pères ont été occupé à réparer et clarifier cette faute. Mais cette réparation ne sera mise en place effectivement seulement lors de la venue de Moshe Rabenou. Il a développé tous les aspects des commandements de la Torah. Il a mérité de recevoir la Torah et tous les commandements qui lui sont liés, dans les moindres détails. À ce moment le monde aurait pu être totalement réparé. À cause de nos nombreuses mauvaises actions, de grands dommages ont été provoqués par la faute du veau d’or. 

Également en raison de compréhensions erronées émanant de l’étude de la populace. Ils n’étaient pas occupés dans la Torah d’une manière convenable. Elle était contraire à sa véritable nature. Ils l’ont détournée par des mensonges et des tromperies. Jusqu’à entraîner et tromper Israël. Avec leur bouche, ils ont incité Israël à la désobéissance contre Moshe Rabenou. Ils les ont conduits à fabriquer le veau d’or. Tout cela a particulièrement été favorisé en raison des grandes richesses qu’ils possédaient alors, et des quantités d’or, «Je leur ai prodigué cet or, ils en ont fait une idole» (Osée 2,10). Bien que toutes ces richesses provenaient du véritable Sage, de Moshe Rabenou. Il avait été contraint de dévier un tout petit peu vers la gauche, vers ce qui représentait les occupations imposées par sa fonction et ses responsabilités vis-à-vis du peuple. Ainsi la populace a-t-elle profité de cette situation. Mais cela s’est transformé pour eux en une potion mortelle. Tout ce qu’ils désiraient, s’autoriser la débauche, comme l’ont dit nos Sages ZL. 

Tout le contraire du Juste, il recherche uniquement à unifier le Saint, béni soit-il et la Présence, dans toutes ses occupations, en particulier avec son conjoint. Pour que ce soit dans une extraordinaire sainteté, selon la notion des unifications supérieures. Comme il est écrit «et Yaakov embrassa Rahel» (Ber. 29,11). Toutes les occupations mentionnées dans la Torah doivent former un tout, une unification dans son service, sa consommation, sa boisson, son couple, etc. Tout doit être orienté seulement vers Hachem. Et grâce à cette unification dans la sainteté parvenir à dévoiler Son Éternité, Sa Royauté dans le monde.

Mais, la plupart des gens ne méritent pas cela, même parmi des personnes intègres. Ils ne méritent pas d’atteindre cela pleinement. Car cela représente un extraordinaire combat, une lutte incessante. En particulier en relation avec les pulsions inhérentes à notre corps. En fonction de la soumission aux incitations de ces instincts, pour une jouissance personnelle, ainsi il est rendu difficile d’étudier convenablement, dans la pureté et la clarté. Alors, toute sa réparation peut découler de son rapport avec de grands et vrais Justes. Ce sont ces personnalités possédant des capacités particulièrement élevées. Mais, lorsque se renforce contre une personne ses instincts, au point de l’attirer vers ce principe de la gauche, cela entraîne sa bouche à exprimer des paroles contre les Justes. On s’élève et s’oppose à eux. À cause de ces conduites, on attire des foules sensibles vers des aspects matériels. Ils les entraînent dans des transgressions, vers d’absolus interdits. Malheureusement on trouve trop de gens influencés ainsi. Cela provoque tous ces dommages. Et de là découle la prolongation de l’exil, conséquence de nos trop nombreuses transgressions.

La totalité des bénédictions que notre Père Yaakov a été obligé de recevoir, de son père Yitshak, a nécessité une très grande intelligence, à cause des tromperies de Esaw. Elles étaient essentiellement causées par ses pulsions incontrôlables. Cela causait «d’amères afflictions à Yitshak et à Rivkah» (Ber. 26,35). «Devenu vieux, la vue de Yitshak s’obscurcit» (Ber. 27,1), la méchanceté de Esaw atteint un tel niveau que même Yitshak, le véritable Juste, ses yeux se sont assombris en observant cette réalité. Jusqu’à en arriver devoir envisager de bénir Esaw le mécréant. Il lui dit « apporte-moi du gibier… et je te bénirai...» (Ber. 27,7). Il s’imaginait que Esaw rechercherait la vérité en voulant le nourrir. Assurément Yitshak comprenait bien que Yaakov était occupé dans la Torah beaucoup plus que Esaw, l’homme des champs. Comme Yaakov était un homme intègre, résident dans les tentes de l’étude, Yitshak pensait que Esaw serait satisfait de subvenir aux besoins de Yaakov. 

De la même façon qu’il était habitué à apporter de la chasse à son père. Raison pour laquelle il était disposé à le bénir, ainsi il pourra soutenir Yaakov. Il représente le Juste occupé dans la Torah avec une extrême sainteté, totalement pour elle-même. Malgré tout, il est contraint d’un peu pencher vers la gauche, pour assurer ses besoins. Mais comme il ne veut pas s’abandonner entièrement à cela, il faut obligatoirement que d’autres personnes le soutiennent. C’est la nécessité pour Zevouloun de renforcer Issachar: «Zevoulon est heureux dans ses voyages, et Issachar dans ses tentes» (Dev. 33,18). Voilà l’idée de Yitshak en voulant bénir Esaw, qu’il sache devenir un soutien. Grâce à cela, certainement Esaw obtiendra sa réparation et arrivera au repentir. Ce sont toutes les précisions dans les propos de Yitshak lorsqu’il dit «fais-m’en un mets comme je l’aime» (Gen. 27,4). Nos Sages ZL ont expliqué, comme une condition dans son action. C’est-à-dire qu’il l’a prévenu que ces mets soient seulement selon la droiture, ce qui est relatif aux commandements positifs. Et non pas vers la gauche, correspondant aux commandements négatifs, ce qu’il convient de ne pas entreprendre. En agissant ainsi en faveur du Juste, grâce à cela, il devient possible de ramener également la gauche vers la droite.

Source : Elhanan Lepek