Parachat Noah'
Bannière
Bannière

Le procès du Yetser Ha-Tov et du Yetser Ha-Ra’

Paracha Shoftim


« Tu institueras des juges et des magistrats dans toutes les portes des villes qu’Hashem, ton D., te donnera, dans chacune de tes tribus; et ils devront juger le peuple selon la justice.
Ne fais pas fléchir le droit, n'aie pas égard à la personne, et n'accepte point de présent corrupteur, car la corruption aveugle les yeux des Sages et falsifie les paroles des justes. »
(Dévarim 16 -18,19 Début de notre Parasha)

Le Yétser Ha-Tov (le bon penchant) et le Yétser Ha-Ra’ sont comparables à 2 parties en litige.
Il incombe l’homme de les juger équitablement.



Le plus Sage des hommes (Shélomo Hamele’h - le Roi Salomon) écrit dans Kohelet :
« Un enfant pauvre et sage est préférable à un roi vieux et idiot » (Kohelet 4 – 13)

Nos Maitres commentent ce verset de la façon suivante :
Un enfant pauvre et sage : C’est le Yétser Ha-Tov
Un roi vieux et idiot : C’est le Yétser Ha-Ra’ (Midrash Rabba sur Kohelet 4 – 15)

En effet, le Yétser Ha-Ra’ pénètre en l’homme dès sa naissance, c’est pour cela qu’il est appelé « vieux ».
Par contre, le Yétser Ha-Tov n’arrive qu’à l’âge de 13 ans, il est donc plus jeune que le Yétser Ha-Ra’ de 13 années.

C’est ce que veut dire le verset de notre Parasha.
« Tu institueras des juges et des magistrats dans toutes les portes… »
Il t’incombe d’être le juge entre ton Yéster Ha-Ra’ et ton Yétser Ha-Tov.
Le verset poursuit : « … n'aie pas égard à la personne… »
N'aie pas égard vis-à-vis du Yétser Ha-Ra’ sous prétexte qu’il est « vieux », et qu’il a traversé beaucoup d’épreuves et de péripéties dans sa vie, contrairement au Yétser Ha-Tov qui lui, est encore jeune, car nos maitres nous ont déjà enseigné dans la Guémara Sota (52b) au sujet du Yétser Ha-Ra’ :
Si cet être détestable te rencontre, attire-le vers le Beit Ha-Midrash (la maison d’étude).

Ce qui veut dire :
Si le Yétser Ha-Ra’ t’aborde en revendiquant la priorité à être écouté parce qu’il est le plus vieux, tu devras l’emmener au Beit Ha-Midrash, parce que nos maitres enseignent dans la Guémara Bava Batra (120a) :
A la Yeshiva, nous nous référons (pour accorder les honneurs) à la sagesse. Lors d’un banquet, nous nous référons à la vieillesse.
Dans le monde de l’étude, ce n’est pas le nombre d’années qui compte, mais la quantité de sagesse.
Là-bas, c’est donc le Yétser Ha-Tov qui est honoré, au détriment de la vieillesse du Yétser Ha-Ra’.
C’est pour cette raison que la solution que nous proposent nos maitres pour lutter contre le Yétser Ha-Ra,’ est de se réfugier dans l’étude de la Torah, car là, le Yétser Ha-Ra’ ne peut plus avoir de revendications honorifiques !

Le verset de notre Parasha poursuit :
« …n'accepte point de présent corrupteur… »
L’homme peut se laisser séduire et se laisser corrompre par le Yétser Ha-Ra’ puisqu’il rétribue la faute « en espèces », car le profit de la faute est immédiat.
Ce qui n’est pas le cas du Yétser Ha-Tov qui rétribue les Mitsvot « à crédit » dans le ‘Olam Haba (le Monde Futur).
C’est pour cela que le verset dit : « …n'accepte point de présent corrupteur… ».

Sources: Halakha Yomit

Bannière