Parachat Noah'
Bannière
Bannière

La Tsedaka sauve de la mort

Paracha Shla'h lekha

Biographie: Le gaon Rabbi Chimon Yéhouda HaCohen Schkop

Le gaon Rabbi Chimon Yéhouda HaCohen Schkop est né dans la ville de Tortz, en 5620. Dès sa jeunesse, il manifesta une vive intelligence et de grandes connaissances dans tous les domaines de la Torah. Dès l’âge de douze ans, il fut accepté comme un élève régulier à la yéchiva de Mir. Au bout de deux ans, il partit étudier à la yéchiva de Volojine, où il acquit sa Torah auprès de Rabbi ‘Haïm de Brisk et du Natsiv.

En 5645, il fut nommé à la tête de la yéchiva de Belz, et pendant dix-huit ans, il donna de merveilleux cours de Torah devant des milliers d’élèves.

En 5665, il fut nommé Rav de la ville de Breinsk, et était appelé par tout le monde, Rabbi Chimon Breinsker, mais en 5689, il démissionna de la rabbanout de Breinsk et partit vivre à Grodna.Là aussi, il établit une yéchiva, connue depuis dans tout le monde lituanien par sa méthode spéciale d’étude, basée sur la réflexion. Les élèves de la yéchiva étaient fortement attachés à leur Rav, pour qui il était un père.

Depuis toujours, il se faisait remarquer par sa grande assiduité et par la concentration de sa pensée, au point que souvent, on trouvait dans sa chambre des serviettes mouillées du sang qui coulait de son nez à cause de la concentration de sa pensée.

Pendant toute sa vie, il s’efforça de partir en Erets Israël, mais n’y réussit pas. Une fois que les Allemands entrèrent dans Grodna, il ne réussit pas à partir à cause de son âge avancé, mais il ordonna à ses élèves de s’enfuir à Vilna, et il mourut à Grodna deux jours plus tard, le 9 ‘Hechvan 5700. Que son mérite protège tout le peuple juif.


RESUME DE LA PARASHA RESUME DE LA PARASHA

Les Bnei Israël demandent à Moché d’envoyer des espions en Israël

- Les espions se corrompent en médisant sur la terre d’Israël

- Au retour des espions, les juifs pleurent sans raison, enflammant la colère divine

- Le châtiment des espions et de la génération du désert

- Hamaafilim : ceux qui insistèrent pour entrer en Erets Israël

- Lois concernant les offrandes et libations accompagnant les sacrifices

- Halla : lois concernant le prélèvement sur la pâte

- Offrande apportée en cas d’erreur ou d’idolâtrie d’une majeure partie de la communauté

- Etre attentif à ne pas se tenir parmi ceux qui méprisent la parole d’Hachem

- Le profanateur du chabbat- Troisième paracha du Chéma : la mitsva des tsitsit

- L’interdiction de nourrir des pensées d’hérésie et d’immoralité


HALAKHOT: UN OBJET QUI N’A PAS D’UTILISATION

Tout objet qui n’est ni un ustensile, ni un aliment, tel que du sable, de la poussière, une pierre, un morceau de bois, ou un mort, est considéré comme un objet qui n’a pas d’utilisation: il est défendu de le déplacer même pour l’utiliser ou pour utiliser la place à laquelle il se trouve.

Les écorces, les épluchures et les os qui ne sont pas consommables par un animal entrent aussi dans cette catégorie d’objets; les écorces de noix ou les coquilles d’oeufs par exemple. Toutefois, si de la nourriture (même en quantité minime) adhère encore à ces écorces ou à ces os il est permis de déplacer l’ensemble. Il en est de même si l’os comporte de la moelle. 

De plus, si ces écorces, ces noyaux ou ces os sont consommables par un animal, il est permis de les déplacer et de les retirer de la table : tel est le cas pour les épluchures de pomme ou d’orange, les noyaux de pastèque, les os tendres, les miettes ou les minimes morceaux d’aliment.

Il est toléré, après avoir insérer dans sa bouche un aliment avec son écorce ou son noyau, de récupérer dans sa main des écorces non consommables par un animal, et il n’est pas utile de les cracher directement de sa bouche dans l’assiette ou la poubelle. 

Toutefois, dès que ces écorces ont été déposées, il est défendu de les déplacer de nouveau car elles sont considérées comme un élément sans utilisation.Si on désire débarrasser une table sur laquelle se trouvent des écorces, des coquilles ou des os non consommables (qu’il est interdit de déplacer), il est possible de secouer la table ou la nappe pour la jeter à terre. 

Et l’on pourra alors les balayer ou les ramasser à l’aide d’une pelle . Il est aussi permis de les déplacer à table à l’aide d’un objet intermédiaire comme un couteau ou autre, si on désire utiliser la table, car on ne déplace pas directement l’objet prohibé mais à l’aide d’un objet intermédiaire.

 Mais si une grande quantité de détritus non consommables s’est accumulée à table et que cet amoncellement lui engendre une sensation de dégoût, il est permis de les déplacer même avec sa propre main (sans intermédiaire).

De plus, si du pain se trouve sur la table avec les détritus non consommables, il est permis de déplacer l’ensemble de la table .Il est aussi permis de déposer du pain à table pour pouvoir déplacer la table, s’il est difficile de secouer la table.

Il est cependant plus pratique de déposer du pain dans un ustensile avant d’y jeter les détritus non consommables, de manière à déplacer l’ensemble de l’ustensile en fin de repas.Toutefois, si on a besoin d’utiliser l’endroit où se trouve la table avec les détritus (par exemple déplacer la table pour y disposer des matelas ou autres), il est permis de déplacer la table même sans y déposer du pain préalablement.


HISTOIRE: LA TSEDAKA SAUVE DE LA MORT

Nous trouvons dans les écrits du Ari zal qu’un jour, il était avec ses élèves dans un champ, où était enterré le prophète Hochéa ben Bééri. Le Ari expliquait des secrets de la Torah. 

Au milieu de son discours, il dit : « Pour l’amour du Ciel, dépêchez-vous de ramasser entre vous de la Tsédaka et nous l’enverrons à tel pauvre qui habite près de chez nous, à tel endroit, qui s’appelle Rabbi Yaacov Altrotz.

 Il pleure, proteste contre le Ciel à cause de sa pauvreté, sa voix monte, transperce les cieux et rentre jusqu’à l’intérieur, alors le Saint béni soit-Il est rempli de colère contre toute la ville à cause de lui parce qu’on n’a pas pitié de lui. 

Maintenant, j’entends une proclamation qui sort de tous les cieux, un décret qu’une horde immense de sauterelles va venir dans tous les alentours de Tsfat et manger toute la moisson, toutes les espèces végétales. 

C’est pourquoi dépêchez-vous de lui envoyer de la Tsédaka, peut-être pourrons-nous abolir le décret avec l’aide de D. ! Immédiatement, chacun donna ce qu’il pouvait, le Ari prit l’argent et le donna à son élève Rabbi Its’hak Hacohen, en lui ordonnant de se dépêcher d’aller chez Rabbi Yaacov Altrotz pour lui donner l’argent.

C’est ce que fit Rabbi Its’hak Hacohen, il alla rapidement chez Rabbi Yaacov Altrotz et le trouva en train de pleurer et de supplier à la porte de sa maison. Il lui dit : « Pourquoi pleurez-vous ? » Il répondit qu’une cruche d’eau s’était cassée et qu’il n’avait pas le moindre sou pour en acheter une autre. 

Il ne savait que faire tant il était malheureux de tant de pauvreté. Immédiatement, Rabbi Its’hak lui donna l’argent, il se réjouit beaucoup et le bénit. Quand il revint auprès de son maître le Ari zal, celui-ci lui dit que le décret avait été annulé et qu’il n’y avait plus rien à craindre. 

Ils étaient encore en train de parler qu’un vent très fort portant une infinité de sauterelles se mit à souffler. Les élèves furent terrifiés, et le Ari leur répondit : « Ne craignez rien, le décret est déjà annulé ! » Effectivement, elles se jetèrent toutes dans la mer et se noyèrent, et il n’en resta pas une seule. 


VIE SAINE

Les feuilles de persil est très efficace sur l'appareil digestif, permettant de lutter contre les flatulences et le ballonnement. Il stimule la fonction rénale, il régularise le cycle menstruel grâce à l'Apiol. La racine est apéritive.

Toujours utiliser le persil cru fraîchement ciselé car la chaleur en détruit les vitamines et les sels minéraux. Le persil est un excellent stimulant qui tonifie la peau et réveille le teint; il est antiride et antitache. 

Préparer une infusion (1 cuil. à soupe de persil dans un bol d'eau chaude) : à utiliser comme lotion, en compresses pour toutes les peaux, en particulier les peaux matures. Cette infusion se garde pendant une semaine au réfrigérateur. La même infusion, utilisée en dernière eau de rinçage sur les cheveux a un effet tonifiant.

Source: Rav Acher Fitoussi

Bannière