Parachat Miketz
Bannière

La Chaise du Prophète Eli

Paracha Pin'has


L’histoire juive a retenu un nom pour illustrer le prototype de la bravoure au nom de D. c’est Pinhas. Le verset 12 est le verset phare dans le chapitre 25. 

« Voici que Je conclue avec lui mon alliance de paix ». 

Cette même histoire a désigné Pinhas sous un autre pseudonyme : Eliahou, le prophète Elie qui n’a pas disparu comme tous les mortels.

Il est monté au Ciel sur un char de feu sous le regard de son fidèle compagnon le prophète Elicha. (II Rois ch.2 v.11)

Notre conviction depuis cette ascension est que le prophète Elie annoncera la venue du Machiah. 

Il arrive aussi que le prophète immortel se présente à quelques sages connus pour leur piété et leur attachement aux mitsvot.

La chaise du prophète Elie trône à toutes les circoncisions.

Depuis la destruction du Temple de Jérusalem, dans chaque maison juive le soir du Séder à Pessah un verre rempli de vin est destiné au prophète Elie, annonciateur de la liberté définitive du peuple d’Israël. 

Dans le Talmud, certaines questions ardues n’ont pu être résolues par les maîtres célèbres. Elles attendent la venue du prophète Elie, seul habilité à leur résolution.

Pinhas a eu un courage exceptionnel dans cet acte unique d’exécuter Zimri, prince d’Israël et Kozbi, princesse madianite. 

La Thora dévoile que cette action a eu deux effets. Le premier, concerne le rapport entre D. et Pinhas. 

C’est un parti pris au nom de D. et pour D. Il n’existe pas dans l’esprit de cet homme une réaction partisane qui l’a poussé à tuer un homme par commodité.

Entre Zimri et Pinhas, il n’y a pas une communauté d’intérêts quelconque qui au nom de D. a permis au second de se débarrasser du premier à moindres frais.

Pinhas ne l’oublions pas est issu d’une mère originaire de Madian, comme Kozbi. 

Le second effet concerne le peuple d’Israël dans son ensemble.


Le texte souligne que cette mort violente de Zimri, exécuté par Pinhas, a pardonné les fautes de tout le peuple. « Je n’ai pas exterminé tous les enfants d’Israël dans ma colère. » (Bémidbar ch. 25 v.11).

 Pinhas aimait son peuple, a eu peur pour son peuple et craignait de le voir disparaître. Il lui fallait une action déterminante et efficace, la plus rapide possible.

La mort de Zimri n’a pas pu épargner vingt quatre mille victimes, certes, mais elle a mis fin à une opération épidémique qui aurait pu connaître une issue plus dramatique.

Pour ces deux motifs au moins, Pinhas obtiendra de D. le titre le plus envié : l‘homme de paix. 


Il est vrai que cet homme si rare est une aubaine pour notre planète qui n’arrive pas à trouver les moyens pour que les êtres humains aspirent à vivre ensemble dans un environnement pacifique. 

Nous espérons que Pinhas allias Eliahou se manifeste enfin et saura résoudre cette énigme humaine. Pourquoi l’homme est un loup pour l’homme.

Rabbin S.MALKA
Source: psemaine

Bannière