Parachat Va'eira
Inscrivez vous à la newsletter pour connaitre toutes les nouveautés de votre site!
captcha 

Donner toute son Âme

Paracha Noa'h

Il est mentionné dans le saint Zohar (Zohar Hadash 58) ‘il ne s’est jamais trouvé un berger de confiance comme Moshe Rabenou. Il a donné tout son Nefesh / âme pour les gens de sa génération. Par contre, Noah n’a pas demandé à tel point des miséricordes. Même Avraham a demandé et il a prié pour les gens de Sodome et de Amorah, etc.’ Mais aucun n’a atteint le niveau de Moshe Rabenou en étant disposé à tellement donné. Il est écrit (Chemot 32,32) « sinon efface-moi du livre que Tu as écrit ». Ainsi, en vérité, tout repose sur le Juste de la génération. En fonction de ses mérites et de sa sainteté, alors la miséricorde voilée peut se dévoiler d’autant plus. Grâce à celle-ci, le Juste parvient à donner de la vie au monde, et à ceux encore éloignés malgré leur éloignement et leur situation présente. Constamment la miséricorde voilée subsiste. Elle ne peut en aucune façon être perturbée par absolument aucune faute. Grâce à cela le monde peut se maintenir durablement. Mais, tout reste lié au Juste de la génération. Hachem, béni soit-Il, a créé tout le monde uniquement sur la base de Sa Miséricorde. Selon le principe (Ps. 89,3) « la bonté est établie pour toujours ». 

Mais après Sa Création du monde, dorénavant tout va dépendre du Juste de la génération. Selon sa force et sa volonté, ainsi il en ira pour la conduite du monde. Raison pour laquelle lors de la génération du Déluge, s’il s’était trouvé quelqu’un parvenant à dévoiler cette miséricorde voilée, comme l’a fait Moshe Rabenou, il est possible que même alors le monde ait pu se maintenir. Mais comme Noah n’a pas pu atteindre un niveau d’abnégation correspondant à celui de Moshe Rabenou, alors il n’a pas réussi à dévoiler cette miséricorde voilée. Par conséquent, le Déluge

a recouvert tout le monde et il l’a détruit. Il avait été donné l’autorisation au destructeur. Noah lui-même a été contraint de se cacher à l’intérieur de l’Arche. Car il n’a pas su dévoiler cette miséricorde cachée, alors celle-ci n’a pas pu leur venir en aide. Donc, même le Juste Noah a été obligé d’être camouflé, dissimulé et recouvert. Bien que le Juste en lui-même représente la Torah, ce principe de miséricorde. Mais, comme il n’avait pas en lui la force de dévoiler cette miséricorde, il a été contraint de disparaître à la vue à l’intérieur de l’Arche, et se rendre ainsi invisible.

De la même façon maintenant, la miséricorde se trouve extrêmement occultée. À cause de cela, alors, il n’a subsisté sur la terre que quelques restes. Ils n’ont pas été annihilés pour permettre le maintien du monde. Par contre, Moshe Rabenou, qu’il soit en paix, a donné immédiatement totalement son Nefesh, jusqu’à dévoiler et réveiller la miséricorde voilée. Il a ainsi aussitôt permis l’existence du monde tout entier. Il a annulé Ses Décrets, béni soit-Il, et le monde a persisté, malgré tous leurs agissements. Car, grâce à la miséricorde gratuite, il est possible d’assurer la pérennité du monde.

D’où l’expression de Moshe Rabenou (Chemot 32,32) « sinon efface-moi du livre que Tu as écrit » ! Effectivement, la Torah aurait dû mentionner seulement l’essence de chacun des commandements. Comme par exemple, le commandement des Tsitsit ou des Tefilin, etc. Ce qui constitue l’essentiel de la Torah. Elle est destinée à permettre l’accomplissement de ses commandements. Mais elle contient tous ces récits, par exemple depuis « au commencement… » jusqu’à (Chemot 12,2) « ce mois-ci sera pour vous le premier des mois ». Il s’agit du premier commandement transmis par Hachem, béni soit-Il, à Moshe Rabenou. De même pour les autres ‘histoires’ qui suivent. À propos de presque chaque commandement et commandement, nous trouvons également des récits. Il est mentionné pour la plupart des commandements : « et Hachem parla à Moshe, etc. ». Pourtant, la base même de la Torah est censée n’être constituée seulement par ses commandements. Mais tous ces récits et toutes ces paroles dans la Torah, autour de chaque commandement, correspondent au principe de la Torah cachée. Elle se situe à un niveau bien plus élevé que la Torah qui nous apparaît comme dévoilée. C’est le principe des secrets de la Torah. Et cette Torah voilée se réfère à cette miséricorde gratuite. Elle maintenait le monde avant le Don de la Torah. Et ainsi se maintient le monde dans les moments de ‘simplicité’, les moments où l’on se trouve éloigné de la Torah. Ces paroles de la Torah correspondent aux secrets qu’elle renferme, à ce qui nous est dissimulé.

D’où la remarque de Rabbi Yitshak sur le premier verset de la Torah « au commencement » ! La Torah n’aurait pas dû commencer ainsi, mais avec ‘ce mois pour vous’ qui constitue le premier des commandements adressés à l’ensemble d’Israël. Pour quelle raison la Torah a-t-elle débuté ainsi ? Pour nous faire connaître la puissance de Ses Actions ! Pour permettre à Israël de s’emparer du pays d’Israël. Rabbi Yitshak s’interroge sur le sens de ces récits racontés par la sainte Torah, où n’est mentionné aucun commandement. Il nous est expliqué, tous ces récits nous autorisent la conquête du pays d’Israël. En effet, il est possible de s’emparer du pays d’Israël seulement grâce à la force de Ses Actions. C’est-à-dire, le principe de cette Torah cachée, celle qui permettait au monde de se maintenir avant le Don de la Torah. Tous ces récits forment l’essentiel des secrets dissimulés dans la sainte Torah. À nous de bien saisir ces notions…

Donc, toutes ces allégories relatées dans la Torah, autour de ses commandements, c’est-à-dire « et Hachem parla à Moshe, etc. », tout cela fait référence aux secrets qu’elle renferme. La Torah voilée maintient le monde avant le Don de la Torah. Grâce à cela, le vrai Juste peut donner constamment de l’existence au monde, même dans les moments où ils agissent comme ils le font ! Et si l’on peut s’exprimer ainsi, cette Torah voilée représente en quelque sorte Hachem Lui-même. Elle assure le constant maintien du monde par Sa Miséricorde gratuite. Avec elle seule le monde a été créé, avant qu’il n’y ait une quelconque action ici-bas. À l’évidence, Hachem, béni soit-Il, avec Sa Force et Sa Bonté, Il peut maintenir perpétuellement le monde. Car qui peut Lui dire comment agir ! Après avoir créé le monde, et après avoir donné la Torah à Israël, Il a transmis de Sa Volonté dans le pouvoir d’Israël. Principalement dans la possibilité donnée au Juste de la génération. Tout dépend de lui. Il s’agit de l’allusion faite à Moshe Rabenou (ibid. 32,10) « et maintenant, cesse de Me solliciter », dorénavant tout dépend de lui. Par conséquent, il est impossible de dévoiler cette miséricorde cachée, si ce n’est par le Juste de la génération, celui qui correspond à Moshe Rabenou. À lui précisément, il incombe l’obligation de dévoiler cette miséricorde. Tout dépend de lui selon le principe « et Hachem parla à Moshe ». En quelque sorte Hachem, béni soit-Il, lui a transmis la conduite. Car l’expression ‘parler’ fait référence à une notion de conduite. Maintenant, après la Création et après le Don de la Torah, toute la direction a été transmise à Moshe Rabenou. À celui qui représente précisément le vrai Juste. Il lui incombe de dévoiler la miséricorde cachée, pour le maintien constant du monde !

C’est ce qu’a dit Moshe Rabenou (ibid.) « sinon efface-moi du livre que Tu as écrit ». Parce que si Tu ne veux pas leur pardonner et maintenir l’existence du monde, également maintenant, grâce à la Torah cachée, alors efface-moi de Ton Livre. Car sans cela, qu’ai-je à être mentionné dans la Torah toute entière ? Cela démontre que dorénavant la conduite dépend de moi. Et je possède la force nécessaire pour permettre l’existence du monde grâce à la Torah cachée. Aussi, si maintenant Tu ne veux pas, que nous en soyons protégés, de l’existence du monde par mon intermédiaire, alors, je T’en prie, efface-moi et reprends pour Toi seul la conduite du monde. Car assurément Tu peux maintenir le monde par Ta Miséricorde. Et si présentement, je ne possède pas cette force, alors pardonne-moi et ramène cette force vers Toi, et maintiens le monde Toi-même ! Grâce au fait que Moshe Rabenou a su réveiller cette miséricorde cachée, c’est-à-dire la Torah voilée, ainsi effectivement il a agi en vérité. Sa demande a été agréée, et Hachem est revenu avec magnanimité sur le mal, etc. (Chemot 32,14) « Hachem revint sur le mal qu’Il avait résolu de faire à Son Peuple ». Le monde est maintenu, malgré leurs agissements, grâce à toute cette miséricorde, qui se rapporte à la Torah voilée. Elle maintient sans cesse le monde.

En fonction du commandement de pratiquer la circoncision sur les serviteurs cananéens, ainsi nous démontrons non seulement la force pour dominer le pays d’Israël, mais également à l’extérieur du pays. Dans tous les endroits où nous faisons pénétrer de la sainteté du pays d’Israël. Tout, grâce à ce principe de la Torah voilée, au principe de ‘au commencement’. Car c’est selon Sa Volonté qu’Il leur donne et aussi selon Sa Volonté Il leur reprend, et Il nous le donne. Cela fait référence à la circoncision des serviteurs. Car effectivement, la Torah, Israël et le pays d’Israël forment un tout. Comme l’ont dit nos Sages ZL à propos des ‘sept distinctions’ : entre le saint et le profane, entre Israël et les nations, entre le septième jour et les six jours de l’action, entre le pays d’Israël et le reste des pays, etc. Ainsi, l’essentiel du dévoilement de la sainteté d’Israël s’effectue grâce à la réparation de la circoncision. En effet, le commandement de la circoncision constitue un fondement pour la Torah tout entière. La Orlah / le prépuce correspond à l’impureté du serpent et à celle des serviteurs d’idoles, cette notion d’en dehors du pays. Il s’ensuit que lorsque l’on procède à la circoncision des enfants d’Israël, ainsi nous possédons le pays d’Israël. C’est-à-dire, nous reprenons des serviteurs d’idoles notre pays. Car en vérité, il est à nous. Seulement, les sept peuples l’ont ‘recouvert’, selon ce concept du prépuce qui recouvre le gland de la verge. Mais maintenant, nous prenons d’eux la possession du pays d’Israël. En soi-même, cela est considéré comme la Brit Milah / l’Alliance de la circoncision. Parce que la Orlah, les écorces, le venin du serpent, n’ont absolument aucun rapport avec Israël. Elle est relative seulement aux nations, ceux qui ont voulu se saisir de ce qui ne leur appartient pas du tout. Hachem, béni soit-Il, dans Sa Miséricorde nous donne la force et Il nous ordonne de circoncire nos enfants. Ainsi nous éliminons la Orlah et nous dévoilons la sainteté de la Brith / de l’Alliance.

Chabat Chalom
Kupath Rabbi Meir Baal Haness
Elhanan