Parachat Noah'
Bannière
Bannière

Le secret du judaïsme

Paracha Houkat


Vingt deux versets ont été nécessaires pour d’une part décrire la description de la vache rousse qui va devenir cendres afin d’asperger les impurs et les métamorphoser en purs.

En outre le texte note les bénéficiaires de ces cendres ainsi que tous ceux qui les ont seulement touchés.

Enfin la Thora rappelle l’importance de la tente ayant abrité un mort qui devient un réceptacle de l’impureté pour tous ceux qui s’y trouvent ainsi que les objets en contact avec les êtres vivants.

Si l’efficacité de ces cendres n’est pas à l’ordre du jour, faute de Temple de Jérusalem, ces versets ont été souvent commentés dans un registre plus général, le relationnel entre le monde de la loi et le monde humain.

Il nous arrive de constater que ces deux mondes s’opposent et déséquilibrent l’harmonie du couple : humanité et divin.


Le verset support de cette démonstration se trouve au ch. 19 v. 14 « voici la Thora : l’homme qui meurt dans la tente.. ».

Ce verset réclame une explication donnée ainsi : la tente représente le lieu d’études. La Thora est une science qui ne sied que pour celui qui « meurt » pour elle dans les lieux du savoir. Nous sommes nés juifs certes.

Nous sommes tous fiers d’appartenir à cet insigne royal, soit. Aucun d’entre nous ne doit ni ne peut devenir le censeur d’autrui et encore moins le donneur de leçons pour une amélioration des comportements, c’est un fait incontestable.

La Thora pour l’accaparer, pour la dompter, pour la garder en nous a une exigence suprême. Il faut l’entretenir, vérifier tous les instants de son existence de sa place en nous.

Elle a tendance à partir. Elle est si volatile qu’une permanente vérification qu’elle est bien là ne semble pas superflue. Le contenu est ardu c’est une certitude.

Mais le bonheur de plonger dans ses eaux vivifiantes est si grand que la peine et le labeur réclamés valent le défi. La Thora est une science spirituelle.

Le monde matériel qui nous entoure est un obstacle à son avènement. L’être qui nous habite s’affronte entre ces deux systèmes diamétralement opposés.

L’harmonie ne peut être obtenue qui dans cet effort de pénétrer dans le monde spirituel sans jamais renier son propre monde.

La mort d’un des deux mondes n’est pas inéluctable. La Thora dans la tente c’est là le secret du judaïsme. On mourrait pour garder la grandeur de l’une sans quitter la matérialité de l’autre.

Rabbin S.MALKA
Source: psemaine

Bannière