Parachat Vayigach
Bannière

La Jalousie des mitsvot

Paracha Houkat

Biographie

Rabbi Shimon Bar Yohaï est l’un des hommes les plus remarquables qui aient jamais
vécu, et il y en a très peu à qui les contemporains aussi bien que la postérité aient accordé autant de considération.

Du temps qu’il vivait, on avait coutume de dire : «Heureuse l’époque où se trouve un homme comme Rabbi Shimon Bar Yohaï».

Et aujourd’hui encore des dizaines de milliers de juifs vont en pèlerinage sur sa tombe le jour anniversaire de sa mort (le 18 Iyar, 33e jour de l’Omer) pour y prier.

Ce grand homme s’est élevé par ses propres moyens d’une situation des plus désavantageuses. Dans Yérouchalmi on relève que Rabbi Akiva refusa de recevoir Rabbi Shimon parmi ses disciples, et qu’il ne l’a fait qu’après lui avoir fait passer un examen.

Son père Yohaï était du coté de Romains pendant l’époque terrible des persécutions d’Adrien (Pessa’Hime 112a). C’est probablement la raison pour laquelle Rabbi Akiva refusa de prendre le jeune Rabbi Shimon parmi ses disciples.

Mais celui-ci réussit tout de même à s’imposer, et ainsi il fut, avec ses compagnons Rabbi José, Rabbi Meïr, Rabbi Yéhouda et Rabbi Néhemya, l’un des piliers de la Torah.

Contrairement à son père, Rabbi Shimon fut poursuivi par les Romains et condamné à mort, si bien qu’il dut se cacher avec son fils Rabbi Eléazar pendant treize ans dans une caverne où il étudia incessamment la Torah avec lui.


Après la mort de l’empereur Adrien, il fut envoyé à Rome par ses coreligionnaires. Là, il réussit à guérir une princesse impériale d’une grave maladie ; à la suite de cela, l’empereur Antonin suspendit les décrets d’Adrien.

Dans un autre domaine que celui du Talmud, Rabbi Shimon Bar Yohaï a aussi atteint une grande importance, c’est dans la connaissance mystique de la Kabbale, dont il est devenu le principal interprète.

Quand on dit qu’il est l’auteur du saint livre du Zohar, il ne faut pourtant pas entendre par là qu’il l’ait écrit, mais que les Sages après lui, son fils et ses disciples, ont reçu leur science de lui, si bien que le Zohar porte l’empreinte de son esprit. Un jour l’un de ses disciples alla à l’étranger et s’y adonna au commerce. Chargé de grandes richesses il rentra dans son pays.

Alors ses anciens condisciples furent aussi saisis de l’amour du gain et voulurent aussi renoncer aux études et acquérir des richesses. Rabbi Shimon l’apprit et il conduisit ses élèves dans une vaste plaine. Là il pria D…de couvrir d’or toute la plaine.

Et il en fut ainsi. «Celui dont le coeur tient à l’or» dit le Maître, «Qu’il prenne ce qu’il veut, mais sachiez que celui qui prend maintenant de cet or perd sa part à la vie éternelle».

Aucune main ne s’étendit, vers l’or et les disciples abandonnèrent l’idée d’échanger le bien précieux de la Torah contre de l’or (Midrach-Rabba, Pèkoudè).


RESUME DE LA PARASHA

Lois de la vache rousse-Quelques lois de pureté rituelle- La mort de Myriam et la disparition du puits- Moché et Aharon fautent aux eaux de Mériva- Hachem décrète la mort de Moché dans le désert- Edom refuse le passage aux juifs- Aharon décède sur Hor Hahar- Amalek attaque le peuple d’Israël- L’épisode du serpent de cuivre-Les miracles sur les rives de Arnon. Le chant de louange pour le puits de Myriam- Les batailles contre Sihon et Og, roi de Bachan

Halakhot

Il est interdit de déplacer tout ustensile réservé à accomplir des travaux
interdits tel qu’un marteau, un stylo, un ustensile de cuisson, une règle, une aiguille, une gomme, une scie, des ciseaux, et tout autre ustensile de ce genre. Toutefois, il est permis de déplacer un tel ustensile pour en faire une utilisation permise pendant Chabbat : un marteau pour casser des noix de coco, un tournevis ou une tenaille pour ouvrir des noix, une scie pour couper une citrouille ou différents aliments, des ciseaux pour permettre l’ouverture de certains emballages alimentaires, un ustensile de cuisson pour y déposer différents aliments pendant Chabbat, etc.

Il est aussi permis de déplacer cette catégorie d’ustensiles pour utiliser l’emplacement auquel l’ustensile est déposé. 

Par exemple,déplacer le marteau déposé sur la chaise pour s’asseoir dessus. Après l’avoir retiré de cet emplacement, il est permis de le déposer où il le désire, et il n’est pas nécessaire de le lâcher immédiatement de sa main . Il en est de même si l’individu a pris l’ustensile par erreur, mais d’autres le permettent seulement s’il a commencé à le déplacer avec permission (par exemple, pour utiliser l’emplacement où il était déposé).

Toutefois, il est défendu de déplacer un tel ustensile pour éviter qu’il ne s’abîme au soleil, qu’on ne le vole, ou pour mieux le conserver , à moins qu’on ne le déplace á l’aide d’un non-Juif . De plus, même un Juif pourra le déplacer dans ce but, s’il l’utilise même de façon succincte, bien que sa véritable intention soit de préserver son ustensile.

Si un ustensile qui est réservé à une utilisation prohibée est utilisé de temps à autre pour une utilisation permise, il reste prohibé. Cependant, si l’ustensile est réservé aux deux utilisations, il est permis de le déplacer car le propriétaire n’exclut pas son utilisation.

Des allumettes, un portefeuille (sans argent et sans papiers qu’il est interdit de déplacer tel que des factures ou autres), un clou, des cigarettes et de la lessive entrent dans cette catégorie d’ustensiles prohibés. En revanche, si l’on désire utiliser l’emplacement auquel l’objet se trouve, il est permis de le déplacer.

Il est de même permis de les utiliser pour un usage permis: par exemple une allumette ou un clou pour retirer un résidu alimentaire entre les dents , un portefeuille pour y retirer une clef ou y déposer des images .

Une bougie de cire éteinte encore utilisable (tant qu’elle n’a pas été allumée à l’entrée du Chabbat actuel) appartient aussi à cette catégorie d’objets: il est permis de la déplacer pour utiliser son emplacement.

Histoire

" La jalousie des mitsvot"

La femme du Rav Arié Lévine s’adressa à son mari en lui avouant sa jalousie pour sa nouvelle voisine. « Qui est-elle ? Qu’as-tu à lui envier ? » questionna le Rav.

« Cette femme vient de s’installer dans notre modeste quartier. Son mari était, il y a peu de temps, un homme riche et important à la tête d’entreprises puissantes. Des revers de fortune l’ont laissé ruiné. Il a trouvé un travail de maçon pour survivre aujourd’hui avec sa femme.

Chaque jour, les voisins observent et voient la femme de ce pauvre homme s’apprêter, se maquiller comme pour un mariage et s’étonnent de cette attitude allant jusqu’à imaginer le pire …

En discutant avec elle, elle m’a expliqué que son mari qui gérait des sociétés importantes était habitué à exécuter des tâches nobles de gestion, d’animation, de réunions stratégiques, et à déjeuner dans les plus grands restaurants.

Aujourd’hui, il exécute un travail physique, difficile, douloureux et elle imagine sa détresse et sa peine.Afin d’atténuer l’amertume de cette existence, pour remonter son moral, elle vient chaque soir à sa rencontre en l’accueillant avec un large sourire, apprêtée, maquillée, aussi belle que possible. Tu comprends maintenant pourquoi je suis jalouse ! » Rav Arié Lévine est niftar le 9 Nissan 1969.

Vie Saine

Le Thon Gras
c'est une bonne source de protéines, de phosphore,d'iode, de fer et de vitamines a, d, b12.

les poissons gras en général sont riches en substances bénéfiques pour nos artères car elles font baisser le taux de mauvais cholestérol. pour préserver les qualités du poisson, éviter les fritures au profit des grillades, des cuissons au four et de la cuisine à la vapeur.

Source: Rav Acher Fitoussi

Bannière