Inscrivez vous à la newsletter pour connaitre toutes les nouveautés de votre site!
captcha 

Les allusions du quotidien

Paracha Haazinou

Chaque personne doit rechercher à comprendre les allusions qui s’offrent à elle. Pour se renforcer constamment dans la Tefila / prière, les supplications et les cris vers Hachem. Malgré tout ce qui peut se passer avec elle et ce qu’elle peut endurer. Car même lorsqu’on croit ne constater aucun résultat à la suite de ses prières, c’est une indication, a contrario, que le mauvais instinct se renforce contre soi. Il importe donc de savoir et de croire que précisément ses prières et ses cris ont un impact important. Il a déjà été expliqué que la sainteté de tout un chacun d’Israël est relative à sa relation avec le principe de ce que représente le pays d’Israël. 

Lorsque le mauvais instinct se renforce contre un individu, et il l’incite au moyen de mauvaises envies ou de mauvaises attitudes, cela se rapporte à ses tentatives pour l’éloigner de l’héritage que veut lui transmettre Hachem. Ce qui concerne le pays d’Israël. D’autant plus il désire revenir vers la sainteté, on ne le laisse pas tranquille, du fait des extrêmes

renforcements contre lui. Et il ne parvient pas à résister comme il conviendrait. Aussi lorsque, malgré tout, il s’efforce de prier et de crier vers Hachem, alors il n’est pas possible de l’expulser et de l’empêcher d’obtenir sa part dans le pays d’Israël. Parce que sa prière et ses cris correspondent à la protestation. Grâce à elle rien ne peut l’empêcher d’obtenir ce qui lui revient effectivement.

Ce Chant de Haazinou se présente comme un témoin (Devarim 31,21) “car il ne sera pas oublié de la bouche de ses descendants” même durant la rigueur du voilement à l’intérieur du voilement. Comme il est écrit (ibid. 31,18) “et Moi Je cacherai et voilerai ma Face en ce jour”. Ce Chant donne une réponse éternelle. La leçon générale à retirer de ce Chant consiste à se souvenir et à faire savoir toutes les actions accomplies par Hachem en notre faveur. Également tous les prodiges extraordinaires dont nous serons les bénéficiaires. Jusqu’à ce qu’à la fin finale tout se terminera selon Sa Volonté. Il nous ramènera vers le pays d’Israël, avec toutes ses saintetés, tous les rayonnements de splendeur qui illuminent là-bas. Comme cela commence (ibid. 32,8) “lorsque le Très-Haut établit les nations”. Alors (suite) “Il fixa les limites des peuples selon le nombre des enfants d'Israël. Car la portion de Hachem c’est Son Peuple; Yaakov est la part de son héritage”. Et (ibid. 32,13) “Il l'a fait monter sur les hauteurs du pays”. C’est-à-dire le pays d’Israël.

Et ainsi se développe et se déroule tout le récit de cet impressionnant Chant poétique. Tout ce qui s’est passé et qui se passera avec Israël, durant toutes les périodes. Jusqu’à ce que pour finir la terre de Son Peuple obtiendra le pardon. Parce que Hachem voudra Sa Terre et Son Peuple. Parce qu’ils constituent un tout unique. Tout cela arrivera à sa conclusion grâce aux véritables Justes dont les paroles et les actions sont remplies d’allusions. Ils s’incluent tous dans Moshe Rabenou, parce que dès l’origine il nous a prévenus de l’importance des voilements. Et que ceux-ci seront cachés à l’intérieur des voilements. À tel point qu’il sera rendu très difficile de découvrir la véritable vérité. Malgré tout, les véritables Justes, ceux qui correspondent à Moshe Rabenou, termineront ce qu’ils doivent accomplir. Et ils nous feront connaître et au monde Son Éternité. Comme il est écrit là-bas (ibid. 32,39) “reconnaissez maintenant que Moi, Moi Je suis, et il n’y a point de dieu à côté de Moi ; Moi Je tue et vivifie, Je blesse et Je guéris, de ma Main on ne peut pas s'échapper”.

Moshe Rabenou commence (ibid. 32,1) « Prêtez l'oreille, cieux, Je vais parler ; terre, écoute les paroles de ma Bouche ». Pour exprimer : sachez ! Il s’agit de notions qui ne sont absolument pas du tout simplistes. Elles sont extrêmement profondes, elles sont remplies de profonds secrets. À tel point qu’il appelle les cieux. Car ils symbolisent les résidents d’en haut. Pour qu’ils écoutent et entendent ce que j’exprime. Par conséquent, il va de soi qu’également la terre doit entendre ce qui sort de ma bouche. Pour que tous ceux qui existent dans le monde et ceux qui résident sur cette terre écoutent et saisissent comme il convient les paroles de ma bouche. Parce (ibid. 32,2) “qu'elle ruisselle comme la pluie, ma Doctrine ; que ma Parole coule comme la rosée”. Pour exprimer que mes paroles ne sont pas du tout simples. Elles sont comme « la pluie et la rosée » impressionnantes et exceptionnelles. Parce qu’elles permettent à toutes sortes d’innombrables et différentes plantes et semences de pousser. Comme il est mentionné la suite là-bas “comme une averse sur l'arbuste, comme des torrents d'eau sur l'herbe”. Mes paroles sont de même nature, car bien qu’elles puissent paraître évidentes, mais leur profondeur et les secrets qu’elles renferment sont insondables. Elles possèdent en elles la force nécessaire pour permettre de grandir, de se renforcer et favoriser le développement de tout un chacun. Au point où l’on réussit à faire resplendir et de procurer de grandes satisfactions à Hachem, avec tous ceux qui veulent retirer d’extraordinaires plaisirs.

Car (ibid. 32,3) “car c'est le nom de Hachem que j'invoque”. C’est-à-dire savoir et avoir la conviction que tout ce que j’exprime avec ma bouche, avec tout se retrouve et est appelé le Nom de Hachem. Parce que toutes mes paroles recherchent seulement à appeler Hachem. Pour agrandir et sanctifier Son Nom dans le monde. C’est pourquoi (suite) “apportez de la magnificence à notre Éternel”. Car grâce à votre confiance dans tout cela, ainsi vous donnez de la grandeur à notre Éternel. Et grâce à la croyance mise dans toutes ces actions, il devient possible d’atteindre une certaine compréhension Le concernant. Et à l’aide des véritables Justes, et de leurs profondes et saintes explications dans leur enseignement, ainsi on peut commencer à saisir la grandeur de Hachem. Ceci est compréhensible pour ceux qui méritent de se rapprocher d’eux. Car (ibid. 32,4) “le Rocher ! parfait est son Oeuvre”. À l’évidence Il agit, Il accomplit, Il forme et Il crée tout avec une extraordinaire intelligence. Comme il est écrit (Ps. 104,24) “Tu as fait toutes tes Oeuvres avec sagesse”. Tout a été créé en fonction des Justes. Ce sont ceux qui accomplissent au mieux Sa Volonté. Parce qu’ils connaissent les secrets du monde. À tel point que toutes leurs actions et paroles sont remplies de secrets. Et grâce à eux il devient possible de commencer à comprendre la Grandeur de Hachem.

Car ce Chant de Haazinou inclut tout ce qui s’est passé avec Israël, et tout ce qui se passera à l’avenir, en général comme en particulier. Pour finir (Shmuel I, 12,22) “car, à cause de son grand Nom, Hachem n’abandonnera point son Peuple”. Comme cela est écrit à la fin (Devarim 32,36) “Hachem jugera son Peuple ; et Il aura pitié pour ses Serviteurs, en voyant que leur force est épuisée”. C’est-à-dire que Moshe Rabenou s’adresse à Israël, et il leur dit de voir et d’agir comme il le fait. Pour qu’ils sachent que tout ce qu’il a mérité dans ce monde, tout l’a été parce qu’il a toujours fait appel à Hachem. Comme l’exprime ce verset mentionné. Nous aussi, nous devons agir comme lui (ibid. 32,3) “car c'est le Nom de Hachem que j'invoque ; apportez de la magnificence à notre Éternel”. Nous devons également toujours nous adresser vers Hachem. Comme il est écrit (Ps. 50,15) “invoque-Moi au jour du malheur ; Je te délivrerai, et toi, honore-Moi”. Et comme l’ont expliqué nos Sages ZL (Yoma 36.) sur ce verset, il nous faut toujours répondre après avoir entendu l’expression de Grandeur de Hachem : « béni soit le Nom de Son Honneur pour Sa Royauté éternelle ». 

Car même après toute faute se trouve toujours cette notion de Son éternelle Royauté. Malgré les peines et les douleurs provoquées devant Lui par chacun, dans chaque génération. Parce que la Droite de Hachem est constamment miséricordieuse. Et comme il est écrit (Ps. 92,9) “mais Toi, Tu es le Très-Haut, à perpétuité Hachem”, et dans le Chant (Devarim 32,35) “s’ils se sont corrompus ; à lui (la faute) ? non !” dans l’original il est écrit « שחת לו לא ». Onkelos traduit « לא לה ». Parce que jusque vers Lui n’arrive aucune faute. Comme il est écrit (Malahi 3,6) “car Je suis Hachem, Je ne change pas”. Aussi, il est toujours possible de se rapprocher vers Lui ! Même depuis les plus bas tréfonds, il est possible d’être proche de Lui. Cela correspond à cette expression « béni soit le Nom de Son Honneur de Sa Royauté pour toujours ». Raison pour laquelle Moshe Rabenou nous met fortement en garde sur ces notions au début du Chant. Cela constitue l’essentiel de son intention avec ce saint Chant. Il inclut tout. Il exprime de lui cette réponse éternelle (Devarim31,21) “car il ne sera jamais oublié de la bouche de ses descendants”. Et toute son intention réside dans le constant renforcement de la confiance dans Hachem, béni soit-Il, et dans l’assurance de Sa Miséricorde. Donc, ne jamais cesser de demander et de crier vers Lui. Comme Moshe Rabenou s’est conduit durant tous les jours de son existence. Selon ce principe (ibid. 32,3) “car c'est le Nom de Hachem que j'invoque ; apportez de la magnificence à notre Éternel”.

D’où l’impérieuse nécessité d’être attentif à sa mise en garde de très bien entendre et écouter ses paroles (ibid. 32,1) “prêtez l'oreille, cieux, je vais parler”. Pour qu’elles pénètrent dans leurs oreilles comme la pluie et la rosée, comme des gouttes d’eau sur la terre. Et ensuite poussent d’elles de splendides végétaux.

Source: Elhanan Lepek