Parachat A'harei Mot, Kedochim
Inscrivez vous à la newsletter pour connaitre toutes les nouveautés de votre site!
captcha 

Le dévoilement du savoir

Paracha Beshalakh


L’ouverture de la mer de Jonc représente l’essentiel du dévoilement du savoir. Comme l’ont dit nos Sages ZL (Mehilta Hachira 3) ‘une servante a vu sur la mer ce que le Prophète Yehezkel n’a pas vu !’ Donc, à bien plus forte raison même les plus simples parmi Israël. Et à encore bien plus forte raison les Grands parmi eux, etc. C’est-à-dire qu’il a été attiré sur eux un très saint éclairage du savoir. Celui qui inclut ensemble les notions du fils ou de l’élève. Ce qui correspond à la totalité de tous les mondes. Cette notion (Ps. 104,23) « voici la mer grande et vaste ». Là où éclaire la Volonté. En effet, à l’intérieur de la mer, il est impossible de pénétrer en raison de l’abondance d’eau. Il en va de même pour la mer de l’esprit, ce qu’est la mer de l’intelligence. Elle est la racine de la mer matérielle, dans laquelle il est impossible de pénétrer en raison de l’abondance

d’eau du savoir. Tous ceux qui veulent pénétrer en elle, sans un Rav ou un vrai dirigeant, ils vont se noyer en elle. Car ils n’auront pas sur quoi s’agripper. Comme ce fut le cas pour Pharaon et l’Égypte. Seulement de vrais et intelligents Justes peuvent nous conduire à travers elle. Ils correspondent à (ibid. 107,23) « ceux qui voguaient sur la mer dans des navires, qui font des affaires sur l’immensité des eaux ». Comme pour la mer matérielle, il est impossible de la traverser, mais seulement au moyen d’un navire construit avec intelligence et une très grande confiance. 

Également, le capitaine du navire doit posséder le savoir et les connaissances nécessaires pour diriger le navire en fonction des conditions météorologiques. De même pour la spiritualité, au sujet de la mer de l’intelligence, un vrai Juste qui sait nous conduire dans les différents chemins dans la mer, s’avère nécessaire. Ce qui correspond (Yeshayah 43,16) « qui trace un chemin dans la mer, une route à travers les eaux impétueuses ». Cela est mentionné à propos de l’ouverture de la mer de Jonc (Rachi là-bas). Il sait dévoiler au monde les chemins et les voies, comme il en va pour le capitaine d’un navire. 

C’est (Michlei 31,14) « pareille aux vaisseaux marchands, elle amène de loin ses provisions ». Car de là-bas sont attirés le pain et le revenu. Aussi, il est indispensable de savoir comment conduire le navire. Et l’essentiel de la plénitude de l’intelligence, il est possible de l’appréhender seulement au moyen d’allusions. Celles situées dans la mer de l’intelligence, etc. Étant donné qu’il n’est pas possible d’enseigner comment s’orienter et se conduire avec toutes les embûches et les perturbations touchant à chaque instant le navire. Chacun doit comprendre de lui-même comment se conduire et se diriger en fonction des différents vents, etc. Jusqu’à ce que parfois aucune intelligence ne s’avère utile, mais seulement crier vers Hachem, béni soit-Il. C’est (Ps. 107,25) « Il parlait, et faisait souffler un vent de tempête qui soulève les vagues », jusqu’à (ibid. 27) « toute leur sagesse était réduite à néant ». Il ne reste pas d’autre conseil que (ibid. 28) « ils crièrent vers l’Éternel dans leur détresse ». Ce qui s’applique encore bien plus concernant la spiritualité relative à la mer de l’intelligence.

Tout cela se rapporte à l’ouverture de la mer de Jonc. Elle présente une extrêmement grande difficulté, comme l’expliquent nos Sages ZL (Zohar Trumah 170:). L’essentiel de la difficulté vient parce qu’il s’agissait alors de la conclusion de la Délivrance. La conclusion et la plénitude de la Délivrance dépendent du lien et de l’unification des mondes. C’est l’essentiel de la plénitude du savoir que Moshe Rabenou a dévoilé lors de la Sortie d’Égypte. Mais alors cette plénitude n’était pas encore entièrement complète. Parce qu’au moment de la Sortie d’Égypte, ce savoir a été dévoilé sans le réveil d’en bas. Et l’essentiel de l’inclusion des mondes, de façon intégrale, exige également le réveil venant d’en bas. C’est la raison pour laquelle Hachem, béni soit-Il, a créé ce monde matériel. Il désire précisément notre service. De notre engagement dépendent tous les mondes. Essentiellement, parce qu’ici existe le libre arbitre, le mauvais instinct et l’autre tendance. Ils se renforcent à chaque instant, dans toutes les directions. Et lorsque nous nous réveillons ici-bas, ne serait-ce qu’un peu, cela se révèle très précieux à Ses Yeux, béni soit-Il. Plus que tous les ‘services’ accomplis par les anges.

Toute la difficulté soulevée lors de l’ouverture de la mer de Jonc provenait de l’obligation pour Hachem, béni soit-Il, si l’on peut s’exprimer ainsi, de soumettre au silence les accusateurs. Ils prétendaient, ceux-ci sont des serviteurs d’idoles et ceux-ci aussi sont des serviteurs d’idoles. Il a donc été nécessaire de trouver avec miséricorde quelques mérites et de bons aspects dans Israël. Pour qu’ils se réveillent d’eux-mêmes. Cela se passe également ainsi dans chaque génération et génération. Grâce à la Supputation de l’Omer, en décomptant durant la première semaine jusqu’au sixième jour, cela constitue l’essentiel du fondement de celle-ci (comme expliqué dans les Kavanot). Grâce à cela est attiré le principe du réveil venant d’en bas. Et l’essentiel de ce réveil venant d’en bas, que Hachem, béni soit-Il, a trouvé en eux, il a été attiré sur eux par Moshe Rabenou lors de la Sortie d’Égypte. Jusqu’à ce qu’ils se réveillent un tout petit peu d’eux-mêmes pour Le servir, béni soit-Il. Jusqu’à ce qu’ils méritent ce silence, sans que l’on en vienne à examiner leur conduite. Ce qui correspond (Chemot 14,14) « Hachem combattra pour vous ; et vous, taisez-vous ! »

 Ainsi, ils ont mérité qu’éclaire sur eux la ‘mer de l’intelligence’ pour leur réparation. Jusqu’à ce qu’ils puissent la traverser spirituellement. Car alors se sont ouvertes devant eux toutes les sources de l’intelligence. Au point que ‘une servante a vu sur la mer, etc.’ mentionné plus haut. Jusqu’à ce que se produise pour eux un miracle extraordinaire et impressionnant. La mer, matériellement, s’est ouverte ! Et ils ont traversé la mer à pied sec. Ils avaient mérité la contraction des limites de la sainteté. Selon cette notion que les limites de l’intelligence se situent dans le silence.

Par contre, Pharaon et l’Égypte correspondant aux sciences et aux intelligences extérieures, ils se sont mis à leur poursuite. Alors, ils ont été engloutis à l’intérieur de la mer, spirituellement et matériellement. Parce que celui qui ne reçoit pas de son Rav, correspondant à Moshe Rabenou, ce principe mentionné du silence, qui est relatif aux limites de l’intelligence, il ne peut pas pénétrer et soulever des questions ou comprendre des explications. Il doit seulement s’en remettre à la Emounah / confiance. Autrement, il sera englouti et noyé à l’intérieur de la mer, spirituellement et matériellement. Raison pour laquelle après le septième jour de Pessah, le Hamets / levain redevient autorisé. Parce que les limites de l’esprit ont été réparées. À tel point que le Hamets ne s’alimente plus à ‘l’autre tendance’.

La mer de Jonc s’est ouverte grâce aux ossements de Yossef HaTsadik. Comme il est écrit (Ps. 114,3) « la mer le vit et s’enfuit ». Grâce aux mérites des Pères, comme nous l’expliquent nos Sages ZL (Zohar Trumah 170:). Malgré le fait que toute cette nuit s’est révélée particulièrement éprouvante pour eux. Jusqu’à ce qu’au matin intervienne le mérite de leurs Pères. À première vue, cela soulève également une difficulté. En effet, le mérite des Pères existait déjà bien avant le matin. Le mérite des Pères, Avraham, Yitshak, Yaakov, Yossef, tous les sept Bergers, venait de leur occupation à attirer le saint savoir. Et à le transmettre à leurs enfants, et aux enfants de leurs enfants, pour toujours. Leur faire savoir que Hachem, béni soit-Il, est l’Éternel. Comme il est mentionné à propos d’Avraham notre Père, le premier des sept Bergers à avoir dévoilé Son Éternité dans le monde (Berechit 18,19) « si Je l’ai distingué, c’est pour qu’il prescrive à ses fils et à sa maison après lui d’observer la voie de Hachem ». Mais, l’essentiel de la plénitude de cette sainte conduite dépend de ce que nous-mêmes, nos enfants et les enfants de nos enfants attirons cette sainte connaissance. Qu’ils l’attirent jusqu’à ce qu’ils se réveillent d’eux-mêmes pour se rapprocher vers Lui, béni soit-Il. Grâce à ce dévoilement que Hachem, béni soit-Il, se trouve constamment avec nous ! Parce que (Yeshayahou 6,3) « toute la terre est remplie de Son Honneur ». 

Raison pour laquelle l’ouverture de la mer de Jonc s’est avérée difficile durant toute la nuit. Jusqu’à ce qu’au matin Hachem, béni soit-Il, ait trouvé en eux quelques réveils venant d’en bas. Précisément grâce à cela, ils ont réveillé pleinement le mérite des Pères. Jusqu’à ce que la mer s’ouvre devant eux. Alors, ils l’ont traversée en paix. Parce que l’essentiel du mérite des Pères doit être attiré, pour terminer entièrement la Délivrance, grâce à notre propre réveil. Quand nous attirons sur nous la sainteté de leur savoir. Alors précisément sont attirés sur nous leurs grands mérites. À ce moment, une complète Délivrance intervient. Comme cela s’est passé lors de l’ouverture de la mer de Jonc. Elle représente la conclusion de la Sortie d’Égypte.

Mais maintenant, la Délivrance doit apparaître encore plus entière. Car après elle, il n’y aura plus du tout d’autres délivrances. C’est la raison pour laquelle cette Délivrance tarde tellement. Elle interviendra par le mérite de nos Pères et selon ‘un cadeau gratuit’ qu’Il, béni soit-Il, nous donnera. Comme il est écrit (Vayikra 26,44) « et pourtant, même alors, quand ils se trouveront relégués dans le pays de leurs ennemis » et (ibid. 42) « et Je me ressouviendrai de Mon Alliance avec Yaakov, etc. » et (Yechayahou 48,11) « c’est pour Moi, pour Moi que Je le fais ». Mais Hachem, béni soit-Il, veut au minimum que chacun se réveille, même un peu, depuis là où il se situe pour se rapprocher vers Lui, béni soit-Il. Grâce aux saints savoirs transmis par nos Pères, nos Maîtres et tous les saints Justes qui ont vécu dans chaque génération et génération, jusqu’à maintenant. Désormais, nous possédons déjà une grande force pour l’accomplir. Grâce à cela, nous mériterons prochainement, rapidement et de nos jours une complète Délivrance, Amen.

Maintenant, dans ces derniers jours, selon les prophéties, il convient de beaucoup se tenir en silence, de se maintenir sur ses acquis positifs, avec tout ce qui s’est passé jusqu’à l’instant présent. Sans rechercher trop d’explications ou d’excuses. Et attendre les Délivrances venant de Hachem, béni soit-Il. En général, grâce au mutisme se clarifie notre cœur, jusqu’à en venir à crier et à prier depuis les profondeurs vers Hachem, béni soit-Il. Selon (Ps. 130,1) « depuis les profondeurs de l’abîme, je T’invoque ! »

Chabat Chalom
Kupath Rabbi Meir Baal Haness
Elhanan