Parachat Vayetse
Bannière

Depuis les quatre coins de la terre

Paracha Beshalakh


Avant d’arriver dans le pays d’Israël, de très nombreuses tribulations et souffrances doivent être endurées. Ce sont tous les très nombreux chemins à emprunter avant d’atteindre le pays. Comme il est écrit «l’Éternel fit dévier le peuple du côté du désert» (Chemot 13,18). Tout cela est nécessaire pour parvenir à rassembler tous ceux qui sont dispersés. Le Ari Z’’L écrit «Il nous ramène en paix depuis les quatre coins de la terre» (Pri Ets Haim, Chema 83). Depuis tous les endroits dans le monde où se trouve encore un perdu des enfants d’Israël. Là-bas où ils vivent en exil, cela doit être considéré comme si l’ensemble d’Israël était exilé là-bas. 

Malgré tout, grâce à cela ils «clarifient» des étincelles dans cet endroit. Et grâce à cela, on peut arriver vers le pays d’Israël. Là résident le secret et le sens de la dispersion d’Israël en exil, dans des endroits éloignés de toute sainteté. Les raisons nous sont extrêmement voilées, d’où notre impossibilité de les comprendre. En effet, nous avons constaté que dans des régions très éloignées, ce sont trouvés quelques Juifs. Au point qu’il se trouve des endroits où seulement un ou deux Juifs résidaient dans une grande ville. Il est évident que la plupart d’entre eux n’étaient pas de grands justes. Ils étaient en fait particulièrement éloignés de Hachem.

Malgré tout, même les moindres parmi eux sont «remplis de commandements comme une grenade» (Haguiga 27). S’il en va ainsi, comment peut-on comprendre que par l’intermédiaire de telles personnes puissent être clarifiées des étincelles de sainteté, depuis les profondeurs de telles écorces? Il s’agit de prodiges, et nous ne disposons pas des capacités indispensables pour les comprendre.

Malgré tout pour nous la leçon à retirer, l’essentiel de l’exil réside dans l’éloignement du pays d’Israël, qui représente la sainteté en général. Donc, la dispersion d’Israël parmi les nations a pour but le rapprochement auprès d’eux de convertis en puissance (Pessahim 87). Cela correspond à la clarification des étincelles depuis les profondeurs des écorces. À première vue, cela semble soulever une très complexe question. Si, en conséquence de leur faute dans le pays d’Israël, depuis là-bas ils ont été exilés parmi les nations, comment espérer que depuis ces pays étrangers, ils atteignent le repentir? 


Car si déjà dans des lieux de sainteté se sont renforcés contre eux les instincts négatifs, au point de les entraîner à transgresser, comment pourront-ils au milieu d’une atmosphère impure, se reprendre et revenir? Normalement, tout espoir semble apparemment perdu! Pourtant, Hachem attend leur réparation. Il ne désire aucunement se venger. Tous les exils et toutes les souffrances existent seulement pour nous amener à réparer. Comme il est écrit «et vous demanderez depuis là-bas Hachem, votre Éternel, et vous le trouverez. Car vous le rechercherez de tout votre cœur et de toute votre âme» (Devarim 4,29). Aussi, comment est-il possible que dans le pays d’Israël nous n’ayons pas demandé, pas recherché Hachem? Et en dehors du pays, dans celui des nations, là-bas nous Le rechercherions!

Là résident Ses Prodiges incompréhensibles concernant toutes les chutes subies par tout un chacun d’Israël. Chacun en fonction de sa situation particulière et de son niveau propre. Au point que trop nombreux sont ceux à être tombés dans les profondeurs des ténèbres. Parce qu’ils ont estimé tout espoir perdu. Cela, plus particulièrement dans cette période de fin d’exil, juste avant la venue du Machiah. Comme chacun le sait et est touché dans son cœur et sa peine. Malgré cela, à la fin finale, tous obtiendront leur réparation, et aucun d’eux ne sera perdu. Ce sont les Pensées de Hachem «jamais ne sera repoussé celui qui est banni de Sa Présence» (Shmuel II 14,14). En vérité, il se trouve parfois, lorsqu’une personne atteint précisément de tels endroits extrêmement éloignés, où la sainteté est enfouie profondément, justement depuis là-bas il se réveille intensément vers Hachem.

Il est possible sur ce sujet de trouver quelques explications. Lorsqu’Israël résidait dans son pays, le Saint, béni soit-Il, les a beaucoup rapprochés de Lui, avec un attachement significatif. Il leur a semblé se trouver déjà proche de Lui. Ils n’ont pas recherché encore plus. Aussi, leur service s’est affaibli, et les mauvaises tendances se sont infiltrées et emparées d’eux. À chaque fois un peu plus, jusqu’au moment, pour finir, ils ont fauté. Cela correspond «détourne Tes Yeux de moi, car ils m’assaillent» (Cant. 6,5). Rachi nous explique, en raison de l’attachement manifesté par Hachem à leur égard dans le Sanctuaire, ils en sont venus, à cause de cela, à se révolter contre Lui, etc. Également, lorsqu’ils se trouvaient dans le pays d’Israël, du fait de l’importance de la sainteté présente, n’importe quel mouvement insignifiant effectué, non conforme à la conduite requise de pureté, constituait une faute grave. Et celle-ci entraînait une faute encore plus grave, etc. 

Parce qu’une faute en provoque une autre, etc. (Avot 4,2). Ainsi l’incitateur «vient vers moi pour réveiller le souvenir de mes fautes» (Rois I 17,18). Raison pour laquelle ils ont été contraints à l’exil. Et alors, ils ont pris conscience de leur éloignement de Hachem! Parce qu’en exil, dispersé parmi les pays des nations, règne une atmosphère impure, et nous nous trouvons sous leur domination. À ce moment, les Nefashot d’Israël se renforcent encore plus pour revenir vers Hachem. Également là-bas, face à l’importance de l’impureté en dehors du pays, dès qu’un membre d’Israël prend sur lui d’accomplir quelque service que ce soit, cela est extrêmement précieux à Ses Yeux. Même si ce service n’est pas pleinement réalisé comme il conviendrait. Il possède une grande valeur devant Lui. Du fait que cette action s’effectue dans un endroit tellement éloigné et impur. Et malgré tout, il agit ainsi. Voilà la raison pour laquelle Il les prend en pitié et Il veut les délivrer.

C’est pourquoi, lorsqu’on chute dans Son Service, et à cause de cela on en vient à transgresser, alors on tombe encore plus bas. Donc, s’il en va ainsi, où se situe la fin? Est-ce que tout espoir serait perdu? Mais tout dépend de ce qui vient d’être expliqué. Lorsque Hachem constate qu’une personne s’éloigne de Son Service, et elle faute, alors Il l’éloigne encore plus. Et la personne tombe encore plus bas! Car «celui qui veut se rendre impur, on lui présente des ouvertures» (Avodah Zarah 55.). Dans ces conditions, il apparaît comme impossible de garder de l’espoir. Et le repentir s’avérerait inatteignable pour un homme. Du fait qu’à chaque fois il tombe de plus en plus. 

Mais, Hachem conçoit des pensées qu’il ne nous est pas possible de saisir. « Il amène à des situations, selon des arrangements pouvant tout transformer » (Job 37,12). Parce que lorsqu’un homme tombe à cause de ses fautes vers des endroits éloignés de la sainteté, alors Hachem suscite pour lui des occasions dans lesquelles se trouvent des allusions propres à cet endroit. Il lui présente quelques occasions propices pour acquérir quelques mérites, précisément depuis cet endroit éloigné. Cela représente pour lui une épreuve en fonction de son libre arbitre. Et si depuis là-bas il mérite de se souvenir de Hachem, et d’accomplir là-bas ce qu’il peut, en relation avec les allusions qui lui sont présentées, facilement il peut s’engager dans un retour, vers un repentir. Car relativement à cet endroit, il est possible de mériter, au moyen d’un petit service, de procurer de grandes satisfactions pour Hachem. Ce qui ne serait pas possible dans un endroit avec une plus grande sainteté. Parce que Hachem retire de grandes satisfactions lorsque s’élèvent devant Lui quelques services depuis des situations très basses et éloignées. Ainsi, lorsque Yitro, le beau-père de Moshe, est venu, et il a dit «maintenant, je sais sur la Grandeur de Hachem. Alors s’est élevé et a grandi le Nom du Saint, béni soit-Il, de plus en plus haut» (Zohar Yitro 69.).

Là réside le secret de l’exil d’Israël en général. Et en particulier, les chutes de tout un chacun. Car l’essentiel de l’exil réside en cela. D’autant plus on tombe vers des endroits éloignés de la sainteté, d’autant plus depuis là-bas il devient possible de procurer de la satisfaction pour Hachem. Ce qui serait impossible à un grand Juste de mériter. Comme expliqué plus haut. Grâce à cela s’élèvent toutes les étincelles et toutes les saintetés qui sont tombées là-bas dans ces impuretés. Car il se trouve nombre de saintes étincelles à être tombées durant les premières années dans les plus profonds tréfonds. Et du fait de leur situation dans de grandes ténèbres, évidemment il ne se trouve personne qui puisse pénétrer là-bas pour pouvoir les élever depuis là où elles sont. Dans ces endroits, aussitôt qu’on se souvient de Hachem, et on se réveille pour Le servir, avec un quelconque service, ce qu’il est possible d’accomplir en fonction de cet emplacement tellement bas. Alors, s’attachent à lui toutes les étincelles, et il les élève depuis là-bas. Avec cela il procure d’inestimables satisfactions à Hachem. Cela correspond aux unifications des dispersés aux quatre coins de la terre, dans des lieux éloignés d’Israël. 

Il se trouve là-bas depuis des milliers d’années des étincelles en exil, et dans de grandes souffrances. Lorsqu’il est possible dans ces endroits de respirer quelques parfums venant d’Israël, cela les revivifie beaucoup. Raison pour laquelle, aussitôt que pénètre quelqu’un d’Israël dans ces endroits, même s’il s’agit d’un fauteur. Malgré tout il est Israël (Sanhedrin 44.). Parce qu’il porte sur lui le nom d’Israël. Donc immédiatement, ces saintes étincelles respirent le parfum d’Israël. Elles se réveillent et elles s’attachent à lui. Bien que pour l’instant il ne leur est pas encore possible d’élever. Car évidemment, cette personne ne possède pas la force nécessaire pour leur élévation.

 Aussi en général, elle peut tomber à cause de ces étincelles encore plus bas. En raison des multiples écorces attachées à ces étincelles. Mais tant qu’il se considère au moins comme tenant à l’esprit d’Israël, et il n’est pas un hérétique. Car il porte encore sur lui le nom d’Israël. En soi-même cela est extrêmement précieux aux Yeux de Hachem. Cela procure de telles satisfactions, que pour finir cette personne parviendra à élever ce qui s’avère nécessaire depuis là-bas. Et en faisant monter depuis de tels endroits ces étincelles, ce qui n’aurait pas été possible pour aucune autre personne intègre. Car qui voudrait volontairement pénétrer dans des lieux tellement sales et impurs.

Essentiellement, tout cela est possible grâce à la force d’un grand et véritable Juste. C’est celui qui possède la force nécessaire pour élever toutes ces personnes, avec les étincelles qui se sont attachées à elles dans tous ces lieux. Aussi, tant qu’une personne s’efforce, recherche, demande à se rapprocher vers un tel Juste, elle garde toujours de l’espoir, quoiqu’il puisse arriver. Même si elle tombe un nombre incalculable de fois. Car avec la force du Juste, il devient possible de procurer de la satisfaction à Hachem depuis n’importe quel lieu éloigné. Car il peut tout réparer, et élever toutes les étincelles avec lui depuis là-bas. 

Ce qu’aucune autre personne n’aurait été capable de réaliser. Raison pour laquelle l’homme doit endurer ses nombreuses souffrances et des tribulations avant de parvenir vers le pays d’Israël. Pour clarifier ces étincelles, elles doivent être toutes rassemblées dans le pays d’Israël. Et précisément, grâce à elles, on mérite de venir en Israël. C’est «Tes Proscrits, fussent-ils à l'extrémité des cieux, Hachem ton Éternel, te rappellerait de là, et là même Il irait te reprendre» (Devarim 30,4). En observant selon la vérité, en se prenant en considération pour se repentir, pour revenir vers Hachem, depuis tous les endroits possibles. Parce que les Miséricordes de Hachem n’ont pas de limites, «Il me fait progresser parmi des ténèbres qu’aucune lueur ne traverse» (Eiha 3,22).

Source: Elhanan Mepek