Parachat Noah'
Bannière
Bannière

Pratiquer le judaïsme ou ne pas le transgresser ?

Paracha Berechit


La terre n'était que solitude et chaos (Tohou et Bohou); des ténèbres couvraient la face de l'abîme, et le souffle d’Hashem planait à la surface des eaux. Hashem dit : « Que la lumière soit ! » Et la lumière fut. Hashem considéra que la lumière était bonne… (Bereshit 1 - 2, 3, 4 Début de notre Parasha)

Midrash Rabba
La terre n'était que solitude et chaos (Tohou et Bohou) – Ceci représente les actions des Résha’im (les impies), actions qui ne sont que « solitude et chaos ». Hashem dit : « Que la lumière soit ! » - Ceci représente les actions des Tsaddikim (les justes), car les actes des Tsaddikim répandent partout la lumière. Mais je ne sais pas encore lesquelles Hashem préfère : les actions des Résha’im où celles des Tsaddikim ? Mais puisque le texte précise « Hashem considéra que la lumière était bonne… », Il préfère donc les actions des Tsaddikim et non celles des Résha’im. Fin de citation.

Question
Si le texte ne l’avait pas précisé, aurait-il été concevable qu’Hashem puisse préférer les actions des Résha’im et non celles des Tsaddikim ?!

Réponse
Il existe 2 modes pour servir Hashem :

S’écarter du mal (« Sour Mera’ »)
Pratiquer le bien (« ‘Assé Tov »)
Les commentateurs expliquent que l’individu se doit avant tout de travailler la partie active de la Torah, c'est-à-dire le « ‘Assé Tov », car la pratique de la Torah représente la lumière, comme il est écrit : « la Mitsva est une bougie et la Torah est la lumière » (« Ki Ner Mitsva VeTorah Or »).
Or, avec très peu de lumière, on arrive à chasser beaucoup d’obscurité et de ténèbres.

C’est donc le sens des propos du Midrash.
Quel est le mode à adopter pour commencer à servir Hashem :
Doit-on se contenter au départ de s’écarter des transgressions (« Sour Mera’ ») et ne pas imiter le comportement des Résha’im, ou bien doit-on tout de suite opter pour la pratique des Mitsvot (« ‘Assé Tov »), à l’instar des Tsaddikim qui multiplient les Mitsvot et la pratique du bien ?
Puisque le texte prend la peine de préciser « Hashem considéra que la lumière était bonne… », et que peu de lumière suffit pour chasser les ténèbres de la nuit, c’est donc la meilleur preuve qu’il faut tout de suite opter pour la pratique des Mitsvot et du bien, qui reste le mode le plus essentiel dans le Service d’Hashem, car le mérite des Mitsvot pratiquées par l’individu (« ‘Assé Tov »), le protègera de toutes transgressions (« Sour Mera’ »). (Au nom du livre Torat MaHaRYTS)

Source: Halakha Yomit

Bannière