Parachat Vayishlah
Bannière

Deux formes d’opposition

Paracha Balak

Balak et Bilaam représentent deux formes d’opposition à Israël. Dans leurs principes, elles se retrouvent, sous des apparences différentes, dans chaque génération. Ils s’attaquent contre la Emounah / la confiance dans la Volonté. Ils recherchent leur inspiration dans d’anciennes idées remises au goût du jour. Mais comme celles-ci s’avèrent partiales et tendancieuses, pour celui qui observe leurs conséquences, il s’ensuit de graves perturbations et des dangers pour Israël. Ce qui correspond aux dix différentes épreuves qu’Israël a dû affronter alors dans le désert. Et ces situations se répètent à toutes les époques.

Balak nous apparaît sous l’image d’une bête sauvage. Elle veut déchiqueter et dévorer tous ceux qui ont l’audace de s’opposer à lui. Il peut être représenté sous la forme des théories scientifiques qui veulent prendre en considération seulement ce qui ressort de leurs propres observations. Bilaam, quant à lui, peut être considéré comme l’inspirateur philosophique des forces d’opposition à Israël. Il tire sa force du principe de ce qui est représenté comme étant le « front du serpent ». Ce sont toutes les philosophies, des différentes époques, qui s’attachent à éradiquer tout lien spirituel dépassant leurs propres appréhensions.


Celui qui veut bien observer, il constatera que quasiment tous ceux qui suivent les voies des chercheurs n’ont aucun attachement réel avec la Torah ou les commandements. Bien qu’en apparence il soit possible de distinguer deux sortes d’hérésie. Elles permettent à certains de s’autoriser différents aspects relatifs à la débauche. Parfois, sous le couvert d’une certaine culture. Ils s’autorisent à vouloir inculquer à Israël qu’il s’agit de voies véritables, admises et modernes. Dans leur discours, ils veulent convaincre de la justesse et de l’opportunité de suivre les voies de leurs engagements. Ils diffusent parmi Israël leurs idées et leurs idéaux sous les attraits et les aspects de la vérité. Nous, nous devons nous en remettre au Protecteur de son Peuple Israël. Pour que nous-mêmes, et notre descendance, ne soyons pas défaits par eux. En les considérant séparément, il serait possible de les briser, en démontrant tous leurs aspects mensongés. 

Il se trouve parmi eux certains qui associent et se basent sur des données enveloppées du prestige de la science, avec des aspects culturels. Ils possèdent le talent nécessaire et ils utilisent leur intelligence pour convaincre de la justesse de leurs points de vue. Ils se présentent comme des personnes intègres, éloignées de toute bassesse, d’intérêts particuliers. Comme de doctes étudiants suivant les pensées de leurs maîtres. Bien qu’en réalité, ils s’inscrivent dans la suite de leurs mauvaises incitations. Ainsi, ils parviennent à instiller l’esprit critique, les conceptions de remise en cause et de doute basé sur d’apparentes études scientifiques. Ils cachent volontairement, sous d’apparentes formes d’intégrités, des idées qui vont à l’encontre des enseignements de la Torah. À cette fin, ils utilisent un langage rigoureux, recherchant à exposer la vérité. Ils prétendent dévoiler des aspects de la Torah qui sont en réalité à l’opposé de la transmission de nos Maîtres. Chacun possèdant un minimum de connaissance peut se rendre compte des hérésies qu’ils essaient de véhiculer.

Ils tentent ainsi de cacher leurs véritables motivations et les pulsions qui les poussent à agir comme ils le font. On retrouve souvent parmi de telles personnes certains qui veulent rejeter les voies de l’intégrité. Au moyen d’arguments hypocrites, ils veulent s’autoriser et se libérer de toutes entraves. Cela correspond au principe de Balak. Selon l’explication de nos Sages ZL (Midrash Tanhouma, Devarim) « il est venu laper le sang d’Israël ». Comme des bêtes sauvages qui déchiquettent leurs proies et versent leur sang. Ce sont les provocateurs et les incitateurs. Ils recherchent les voies leur autorisant la débauche et la liberté des mœurs. Tout en prétendant, avec leurs arguments fallacieux, rechercher le bien de leurs auditeurs. Alors qu’il est bien connu que toutes les excitations des instincts, et plus particulièrement ceux de concupiscence, sont provoqués par un échauffement des sangs. Raison pour laquelle tout ce que représente Balak découle de ce qu’il recherche à « Lakok/laper » le sang d’Israël, comme il ressort en allusion de son nom ! Il recherche la destruction de leur sang au moyen de la multiplication des tentations. Tout en se revêtant d’aspects étincelants de vaines intelligences pour entraîner autrui à suivre leurs voies. Ainsi, sa conduite finale nous dévoile son intention première. Au point où il a été disposé d’abandonner ses propres filles à la prostitution pour inciter Israël à la débauche !

Balak était roi, et tout son royaume se rattache aux mauvaises conduites. Ce que symbolisent les « bêtes sauvages ». Comme cela ressort dans la description de Daniel (7,17) ou de Zachariah (6,2) etc. Ce que veulent convaincre les sciences naturelles en détruisant spirituellement nombre d’enfants d’Israël. Mais toute la force de Baalak vient de Bilaam le mécréant. Il est à la racine des conceptions philosophiques relatives aux orientations des sciences naturelles. Ce qui est symbolisé par l’expression « front du serpent ». Ce sont les personnes revêtant les apparences de l’intégrité. Bilaam se présente comme un sage, maîtrisant et éloigné de toutes pulsions, les repoussant ! Mais en réalité, il était le personnage le plus répugnant qu’il soit donné d’imaginer. Comme l’ont dit nos Sages ZL (Sanhedrin 105:) sur le verset (Bamidbar 22,30) « avais-je accoutumé ».

Également de nos jours, nous trouvons de tels mécréants à la tête de leurs groupements. Pour la plupart, il se révèle par la suite quelles sont leurs conduites dépravées et leurs actions négatives. Nous découvrons que leur conduite et leur idéologie se résument à être en totale opposition avec les enseignements et les conduites proposées par la Torah et la sainte Emounah. Toutes ces notions correspondent à Bilaam, ce principe de « front du serpent », les conceptions dites scientifiques. Celles qui ne dévoilent pas ouvertement leurs mauvaises profondes intentions. Elles se contentent d’inciter, de tenter, d’influencer au moyen d’une argumentation tendancieuse, sous d’apparentes recherches de la vérité. Mais dans le fond, il s’agit de très fortes « écorces » qu’il s’avère effectivement très difficile à contrer et à démonter les mécanismes psychologiques sophistiqués. Tout ce qui se résume être tellement en opposition avec les impressionnants prodiges dévoilés par notre Torah. Par les profondes réflexions, les véritables et fines compréhensions, qui se dévoilent à ceux qui sont capables de les approfondir. Il s’agit de mise en évidence de profonds secrets, qu’aucune intelligence humaine ne pourrait appréhender, si ce n’est grâce à la Bienveillance supérieure. Ainsi, il s’appelle « Bilaam », ce mot signifie qu’il recherche à « happer », à voiler et à contrer tout et tous ceux qui prétendraient pouvoir s’opposer à lui, à ses conduites et à ses conceptions.

Nos Sages ZL nous expliquent que dans son essence Bilaam représente tout ce qui s’oppose à la Torah transmise par Moshe Rabenou. La première lettre de son nom marque sa confrontation avec la première lettre commençant la Torah. La deuxième lettre de son nom est en opposition avec la dernière lettre de la Torah. La lettre suivante de son nom à la valeur numérique de soixante-dix, en relation avec ce concept des soixante-dix facettes de la Torah. Et la dernière lettre de son nom, dont la valeur numérique est quarante, se rapporte aux quarante jours durant lesquels la Torah nous a été transmise. C’est-à-dire qu’il représente une force d’impureté qui aspire à l’élimination et au voilement des impressionnants prodiges qui sont voilés, et aussi dévoilés, dans toute la Torah. Depuis sa première lettre du mot Berechit jusqu’à la dernière lettre du dernier verset « aux yeux de tout Israël » concluant notre Torah. 

Tout ce qu’ont vu les myriades présente lors du Don de la Torah. Ce que saisissent, grâce à la finesse de leur intelligence, tous ceux qui depuis lors se consacrent à son étude. Tout le monde attentif s’accorde à reconnaître l’impossibilité, pour aucun esprit humain, de parvenir à de telles impressionnantes saintetés et sagesses. Mais seulement par un dévoilement prophétique, face à face, à Moshe Rabenou. Et plus particulièrement tous les impressionnants secrets qu’ont commencé à dévoiler les Tanaïm et les anciens Sages. Ils nous forcent à constater que l’Esprit saint parle avec eux. Car ils démontrent l’absolue impossibilité que cela provienne d’un esprit humain. Sans parler de tous les extraordinaires prodiges et miracles accomplis et vus. Mais, les négationnistes s’attachent à cacher et à voiler toutes ces évidences. Ils veulent promouvoir à la place les philosophies grecques et toutes les études prétendument scientifiques. C’est toute l’ambition de Bilaam et de ses adeptes, jusqu’à aujourd’hui. Ainsi, comme Balak alors, lorsqu’il n’a pas réussi à éliminer physiquement Israël, il a fait appel à Bilaam pour nous détruire spirituellement. Alors que tous ceux qui veulent véritablement s’en donner la peine constatent et témoignent des sublimes et extraordinaires enseignements contenus dans tous nos saints livres.

Source: Kupath Rabbi Meir