Bannière

Vaincre tous ses combats

Paracha A'harei Mot

Durant Pessah, tout levain est absolument interdit. Nous consommons seulement de la Matsah. Car durant cette période Moshe Rabenou a fait sortir les enfants d’Israël du pays d’Égypte.ss Alors, il leur a dévoilé des compréhensions de Son Éternité. Raison pour laquelle la célébration de Pessah constitue la «tête» des fêtes de pèlerinage. Pessah correspond à une notion de miséricorde, relative à notre Père Avraham (Zohar Ki Tetse 282:). Elle constitue l’essentiel de la réparation de la Royauté de l’intelligence inférieure. Elle représente l’essence de la séparation d’avec les quatre royautés, et l’élévation vers la lumière de la Face qui illumine durant les fêtes de pèlerinage, grâce à la miséricorde. Du fait que Pessah institue le commencement du dévoilement de Son Éternité, la projection d’une très puissante lumière, aussi le Hamets/levain est interdit, qu’importe la quantité. Car il existe entre le Hamets et la Matsah seulement une très minime différence, un quoi que ce soit… Elle est représentée par l’espace et l’infime ouverture existants entre le point à l’intérieur de la lettre He et sa pointe supérieure. Il s’agit de toute la différence entre les lettres Heth et He, entre le Hamets et la Matsah.

Parce qu’il n’est pas possible d’appréhender l’Éternel, si ce n’est au moyen de nombreuses contractions qui entourent le cheminement conduisant vers cette compréhension. Il part depuis l’intelligence supérieure et se rapproche vers l’intelligence inférieure. Car aucune pensée ne parvient à saisir et à envisager cela. Il s’ensuit que l’essentiel dépend de la Emounah/croyance. Elle est relative à cette intelligence inférieure, ce que représente la Royauté. Et tout ce qu’il est donné de saisir, et toutes les contractions, correspondent à cette notion de Emounah. Elle est la base de toute la Torah. Comme il est écrit (Habakouk 2,4) «le Juste vit par sa croyance» et également (Ps. 119,86) «tous Tes Commandements sont Emounah».

Les gens simples ou de peu de capacités intellectuelles, à l’évidence, il ne leur est pas possible d’atteindre des compréhensions relatives à l’Éternel. L’essentiel de leur existence et de leur espoir pour mériter la finalité éternelle, la véritable finalité, est possible seulement grâce à la Emounah. Mais, même celui qui possède de grandes capacités intellectuelles, il est un grand érudit dans la Torah, il a de grandes connaissances dans le Talmud et les décisionnaires, il est possible également qu’il sache pénétrer dans les secrets de la Kabalah, dans les livres du saint Zohar et des écrits du Ari ZL. Tant qu’il n’est pas parvenu à se purifier lui-même de l’impureté du venin du serpent, tant qu’il n’a pas entièrement brisé les instincts de son corps, et il lui reste encore quelques envies matérielles venant des vanités de ce monde, assurément ainsi son intelligence n’est pas encore totalement intègre. Il lui est absolument interdit de pénétrer dans des appréhensions et des compréhensions relatives à l’Éternel. Parce qu’il peut échouer et trébucher fortement, que nous soyons protégés de cela. Aussi, il convient de se renforcer uniquement dans la Emounah, et abandonner complètement ses réflexions. Il est nécessaire de s’en remettre à nos saints Pères et aux vrais Justes. Ceux qui ont contraint leurs instincts et ont totalement brisé leur matérialité. Eux seuls ont mérité une compréhension de l’Éternel à l’extrême plénitude.

Mais, même de tels Justes, qui se sont purifiés et sanctifiés entièrement du venin du serpent, ils ont annulé toutes les envies corporelles, eux aussi leur renforcement provenait seulement grâce à la sainte Emounah. Parce qu’il est impossible d’atteindre quelques compréhension et connaissance de l’étincellement de l’Éternel, si ce n’est grâce à la sainte Emounah. Elle représente la porte à travers laquelle il est possible de s’approcher des saintetés, des compréhensions et de toutes les pures connaissances. Cela correspond à (Vayikra 16,3) «voici comment Aaron entrera dans le sanctuaire». Cela se rapporte à la Royauté, un principe de Emounah. C’est le fondement de toute la Torah. Comme il est écrit (sur Tehilim 119) «tous Tes Commandements sont Emounah». Et aussi le principe de (Devarim 6,1) «voici la loi, les statuts et les règles». Dans les Tikounim (Daf 11,6,21) il est précisé, le prophète ou le visionnaire ne sont pas autorisés à pénétrer vers la sainteté. Parce qu’il n’est pas possible de se rapprocher et de pénétrer dans aucune sainteté, appréhension ou savoir concernant Hachem, mais seulement par la sainte Emounah.

Et toutes les guerres ou épreuves que l’homme doit affronter pour le service divin, il est impossible de vaincre dans aucun combat, ou de se maintenir face aux épreuves, mais seulement grâce à la sainte Emounah. Comme il est écrit là-bas dans les Tikounim «lorsque David sortait pour la guerre, il n’avait d’assurance seulement en Hachem». Comme il est écrit (Ps. 27,3) «qu’une armée prenne position contre moi, mon cœur n’éprouve aucune crainte; que la guerre fasse rage contre moi, même alors je garde ma confiance». C’est-à-dire que l’essentiel de son assurance et de son espoir reposait seulement sur la Emounah. C’est-à-dire qu’il savait être fort dans sa Emounah de Hachem. Par conséquent, il était fort et assuré de parvenir à se maintenir contre tous les coups et combats des «mauvais instincts» et de «l’autre tendance». Car à l’évidence, il est possible de les vaincre et de le briser du fait qu’il possède une très forte Emounah en Hachem. Cela correspond (ibid.) «même alors je garde ma confiance».

Aussi le Prophète, lorsqu’il a considéré la prolongation de l’exil, il n’avait pas d’espoir d’en sortir, seulement grâce à la Emounah. Comme il est écrit (Eiha 3,21) «voici la pensée qui s'éveille en moi, et c'est pourquoi j'espère», ainsi il est ramené là-bas dans les Tikounim. Parce que le Prophète a vu qu’à la fin de l’exil, dans les Talons du Mashiah, le mauvais penchant et l’autre tendance vont se renforcer encore plus. Et il sera très difficile pour l’homme de les vaincre. Raison pour laquelle il a dit qu’il n’y avait pas d’espoir de sortir de l’exil, mais seulement grâce à ce principe de la sainte Emounah. Celui qui sera fort dans la Emounah, assurément il méritera de vaincre dans cette guerre, et certainement il sortira de l’exil. Notre Père Yaakov a transmis à ses fils cet héritage, de même Moshe Rabenou, etc., etc. Ainsi, la Emounah constitue l’essentiel du fondement de la Torah tout entière. Et seulement grâce à elle, il devient possible de pénétrer dans les portes de la sainteté, et de vaincre dans toutes les guerres que l’homme doit affronter dans le service divin.

C’est la mise en garde énoncée par le Cohen au peuple au moment où il allait au combat (Devarim 20,3) «écoute, Israël! Vous allez, en ce moment, livrer bataille à vos ennemis; que votre courage ne mollisse point; soyez sans crainte, ne vous laissez ni déconcerter ni terrifier par eux». Nos Sages ZL ont expliqué (Soucah 42.) «même s’il n’y a pas en vous de mérite, mais comme vous dites chaque jour « Écoute Israël », vous êtes à même de pouvoir vaincre vos ennemis ». Parce que toutes les guerres dans le monde font allusion principalement à la guerre contre le «mauvais instinct». Car même les guerres physiques de l’homme contre ses ennemis, tout se rapporte au combat contre le «mauvais instinct». Comme l’ont dit nos Sages ZL (Sanhedrin 44) «lorsqu’un l’homme a des ennemis en bas, ainsi il a des ennemis en haut». Il s’ensuit que l’essentiel du combat doit être contre le «mauvais instinct». D’où la mise en garde du Cohen avant d’affronter l’ennemi. Il s’agit d’une guerre de Hachem pour parvenir à vaincre tous ceux qui entourent la sainteté, ceux qui sont autour du pays d’Israël. Ce que sont tous les empêchements ou les perturbateurs, éloignant de la sainteté. Et lorsqu’une personne s’engage dans ce combat, elle se trouve en très grand danger. Alors, contre elle s’élèvent de nombreux accusateurs. Ils veulent sa chute. C’est-à-dire son éloignement total de tout service divin. D’où l’absolue nécessité de se renforcer pour réussir à se maintenir sur ses acquis, sans tomber ni s’éloigner. C’est l’assurance pour mériter la victoire et pour briser l’ennemi. Tout cela repose essentiellement sur la sainte Emounah. Alors, assurément, il n’y a pas de crainte à avoir face à n’importe quelle épreuve. C’est cela «aujourd’hui vous êtes proche du combat», par le seul mérite de « Écoute Israël », de la sainte Emounah. Elle permet de s’engager dans la guerre, tant physique que spirituelle. En étant fort dans sa Emounah, il n’y a aucune crainte à avoir, pour aucun combat.

Chabat Chalom
Kupath Rabbi Meir Baal Haness
Elhanan