Parachat Haazinou

Une fruiterie Congolaise irriguée au goutte à goutte grâce à une technologie israélienne

Israël Technologies


Sobriété, précision, charisme. Tel se présente l’israélien Richard Klapholz, PDG de Rivulis-Eurodrip, un des leaders mondiaux de la micro-irrigation. Cet infatigable globe-trotter de passage à Paris, toujours entre deux avions, revenait du Congo et repartait vers Singapour. Richard Klapholz vient de signer un partenariat ambitieux avec Claude Wilfrid Etoka, président et fondateur de Eco-Oil Energie (République du Congo). 

Aux termes de l’accord, Rivulis-Eurodrip va concevoir de bout en bout et installer une station fruitière de culture de mangues et d’oranges sur 700 hectares en utilisant le système de micro-irrigation de Rivulis et en important 35000 semis d’Israël. L’usine de jus de fruits sera implantée sur le site. Les deux entreprises vont lancer ce projet à grande échelle

de micro irrigation au Congo-Brazzaville, dans le département de Bouenza, à la station fruitière de Loudima, en cultivant les terres disponibles pour générer des sources d’approvisionnement alimentaire et une nouvelle industrie créatrice d’emplois. Au Congo, 10 millions d’hectares de terres sont cultivables, mais seulement 400000 hectares sont cultivés. L’objectif de Eco-Oil est de mettre en culture 1 million d’hectares d’ici à 2020, mais dans un cadre de développement durable.

Pour Rivulis-Eurodrip, la marge de progression est immense. Le taux de pénétration de la micro-irrigation dans le monde n’est que de 10%, il est de 90% en Israël, sous l’impulsion du gouvernement. Comment expliquer un chiffre aussi faible, alors que cette technologie est née dans les années 60 ? « Les investissements nécessaires sur le plan financier, matériel et en temps de formation rebutent et effraient les agriculteurs qui sont conservateurs par nature » explique Richard Klapholz. « Faire passer son exploitation à la micro-irrigation, c’est comme passer le permis de conduire, il ne faut pas lâcher tant qu’on n’a pas tout appris. Dans ce pays chaud et humide, il faut apprendre la maitrise de l’eau ».

L’accord a été signé ce jeudi à la chambre de commerce et d’industrie de Paris, en marge de l’exposition et des conférences de la saison croisée France-Israël (Grand Palais, 6 – 8 juin 2018). Eco-Oil interviendra au cours de la conférence sur le développement durable animée par Muriel Touaty. L’innovation de l’agriculture durable et la place de l’innovation pour préserver les ressources.

Source: Science Info Israel