Parachat Vayigach

Destituer un Rav de ses fonctions

Halakhot Quotidiennes


Question: Dans notre ville, nous avons un Rav qui occupe les fonctions de Grand Rabbin, et actuellement, plusieurs Rabbanim des Etats-Unis et d’Europe – soutenus par des Rabbanim d’Israël - œuvrent afin de le destituer de ses fonctions. Existe-t-il une telle notion ? Comment savoir quel Rav a raison?

Réponse: Rabbénou Meïr ABOUL’AFIA Ha-Levy (On le surnomme également le « Rama », à ne pas confondre avec le Rama auteur des notes sur le Choul’han ‘Arou’h. Il a vécu il y a environ 800 ans, et il était le compagnon d’étude du RAMBAN. Il a rédigé également des ouvrages sur la Kabbala) écrit que toutes les règles qui ont été dites au sujet du respect envers les Talmidé H’ah’amim, concernent uniquement un véritable Talmid H’ah’am qui craint Hachem. Mais par contre, des Talmidé H’ah’am qui se montrent négligeant dans les Mitsvot et qui ne reflètent pas la crainte d’Hachem, sont à considérer comme les personnes les plus insignifiantes de la communauté, et ces gens profanent le nom d’Hachem.

C’est sur de tels individus que le prophète Mih’a s’exprime en disant (chap.3) : « Écoutez cela, vous les dirigeants de la maison de Ya’akov et les chefs de la maison d’Israël, qui font du jugement une abomination et qui détournent toute forme de droiture… c’est pourquoi, à cause de vous Tsion sera labouré comme un champ, et Jérusalem deviendra un monticule de ruines. Le Mont du Temple deviendra une hauteur boisée. »

On déduit des propos du prophète qu’il n’y a plus de sens à la sagesse du Rav lorsque celui-ci ne possède pas la crainte d’Hachem, comme MARAN le tranche dans le Choulh’an ‘Arouh’ en ces termes: « Un Talmid H’ah’am qui est négligeant dans les Mitsvot et qui ne possède pas la crainte d’Hachem, est à considérer comme la personne la plus insignifiante de la communauté. »

MARAN l’auteur du Choulh’an ‘Arouh’ tranche en ces termes:
« Le Rav qui ne marche pas dans le droit chemin, même s’il s’agit d’un grand H’ah’am et que tout le peuple a besoin de lui, on ne doit rien apprendre de lui jusqu’à ce qu’il revienne dans le droit chemin. »
Ces propos du Choulh’an ‘Arouh’ prennent leur source dans la Guémara Mo'èd Katann (17a).

Durant les dernières générations, il est malheureusement arrivé fréquemment que certains Rabbanim – gratifiés par Hachem du don de l’élocution – ont entraîné de nombreuses personnes derrière eux. L’égard du public envers ces Rabbanim n’était pas dû à leur sagesse dans la Torah puisqu’en général il ne s’agissait pas de Rabbanim particulièrement grands dans la Torah, ils maîtrisaient seulement certaines lois et certains discours, mais se sont développé différentes méthodes pour parler en public de sujets dont il est interdit de débattre en public.

Dans votre cas, nous savons parfaitement qui est ce « Rav » au sujet duquel vous nous consulter. Les sujets dont il a débattu sont connus publiquement. Il y a exprimé des aspects erronés de la Torah, en prétendant par exemple que les transmissions orales reçues par nos maitres sur les explications de la Torah ne sont pas décisives, en dénigrant aussi des lois explicites de la Torah à l’encontre de l’opinion de tous les décisionnaires. Il a également exprimé des propos étrangers sur Hachem et sur les Rabbanim, en affirmant au public que les Rabbanim exploitent son ignorance, comme-ci que les Rabbanim trompent le public. Il a exprimé aussi des propos blasphématoires au sujet des faits établis dans le Talmud (les « Okimtott »), ainsi que dans les commentaires de nos maitres sur des sujets explicites de laTorah et sur les enseignements reçus oralement par nos maitres de bouche à oreille depuis Moché Rabbénou (« Halacha Lé-Moché Mi-Sinaï »). 

Il prétend que ces enseignements oraux ne sont pas la véritable intention de la Torah, et il attire de nombreuses personnes à étudier des livres hérétiques. Nous ne devons pas nous étendre davantage sur ses propos et sur ses futilités, particulièrement du fait qu’il a récemment persévéré dans ses fautes en remettant en cause le qualificatif d’ « abomination » exprimé par la Torah sur certaines fautes, en tournant les choses à l’inverse de la véritable intention de la Torah. Il a aussi fait l’éloge de fauteurs et de leurs actes. Tout ceci afin de se grandir et d’attirer derrière lui davantage de gens qui se réjouissent d’entendre ses propos et de recevoir l’assentiment d’un « Rav » pour dédaigner les commandements de la Torah et ses sages. Malheurs aux oreilles qui entendent de telles choses. Malheur à la génération qui subit cela.

Il est certain qu’une sainte obligation incombe les Rabbanim de mettre en garde contre un tel « Rav » dont les conceptions sont mensongères, car le Rav détient les clés pour accéder aux cœurs et à la foi du public. De même qu’un Rav peut influer favorablement et apporter le bien et la bénédiction sur le public, ainsi il est aussi susceptible de causer des obstacles dont l’aboutissement est inimaginable.

Vous demandez comment savoir qui a raison.
La réponse à cela est double.
D’abord, vous devez véritablement vous fier aux grands Rabbanim pour tout ce qu’ils décideront au sujet de ce « Rav », car ces Rabbanim – qui sont des grands dans la Torah et qui se sont élevés contre ce « Rav » en réclamant sa destitution – sont reconnus depuis de nombreuses années comme étant véritablement des grands dans la Torah et dans la crainte d’Hachem. Ils ont agis pour Hachem et pour la Torah durant toute leur vie. Il est inconcevable de penser qu’ils feraient une mauvaise réputation à un autre Rav de manière gratuite, et qu’ils le qualifieraient d’ « Apikoross » (hérétique) sans fondement. Ceci est une évidence.

Ensuite, vous devez aussi savoir qu’Hachem a donné à la plupart des êtres humains la faculté de discerner entre le bien et le mal. Ainsi, chacun est capable de comprendre que les propos de ce « Rav » ne correspondent en rien à la transmission de la Torah, qui nous a été transmise à travers toutes les générations.
Il marche véritablement sur les traces des Tsadoukim et Baytoussim (sectes juives de l’antiquité) et autres falsificateurs de la Torah au travers des générations, qui avaient eux aussi entrainé de nombreuses personnes derrières eux, mais dont la fin ne fut que perte. Le cœur discerne la fourberie.

Tout ceci n’a strictement aucun rapport avec les autres divergences d’opinion que l’on trouve fréquemment parmi les Rabbanim, lorsque l’un dit ainsi et l’autre ainsi,
car il s’agit là des fondements de la Torah et de la foi dans la transmission d’Israël, ainsi que dans les principes de la décision Halachique et de la pensée juive. Quiconque porterait atteinte à ces sujets fondamentaux et les commenterait à sa guise et de manière libre, s’écarterait facilement du chemin de la Torah vers un chemin étranger. Il s’exclurait lui-même de l’ensemble des Rabbanim , ainsi que de l’ensemble d’Israël qui sont des croyants fils de croyants. Il s’introduirait à l’ombre des hérétiques et des falsificateurs de la Torah qui n’ont jamais cessés d’exister durant des millénaires aussi bien parmi Israël que parmi les nations, jusqu’à la venue de notre Machia’h, où descendra un vent purificateur dans le monde, et chacun reconnaitra qu’Hachem est vrai et que sa Torah est vraie.

Qu’Hachem déverse un esprit du Très Haut et qu’il ramène le cœur des parents sur les enfants, ainsi que le cœur des enfants vers les parents. Amen.

Source: Halakha Yomit

Bannière