Parachat Vayigach

Consommation de boissons alcoolisées dans des établissements non-juifs

Halakhot Quotidiennes


La Cacheroute des boissons
Avant tout, nous ne traitons pas ici de la Cacheroute des aliments et des boissons, car de notre époque, nous savons qu’il existe des boissons réputées sans le moindre ingrédient interdit. C’est pourquoi, de nombreuses personnes craignant Hachem de façon intègre ont l’usage de consommer différentes sortes de Whisky, de Brandy ou de bières sur lesquelles il n’y a pas de certificats de Cacheroute. En revanche, il existe des boissons contenant de sérieuses craintes de mélange d’interdit alimentaire dans leurs compositions. Par conséquent, il faudra consulter pour chaque boisson une autorité de Cacheroute compétente, afin de vérifier s’il est permis de consommer cette boisson.

(Du point de vue de l’interdit de cuissons de non-juifs, il n’y a pas à prendre cette crainte en considération pour les bières et autres boissons à base d’orge ; car cet interdit n’est pas en vigueur pour l’orge, pour différentes raisons).

Fêtes organisées par des non-juifs
Nos maîtres ont interdit de boire quoi que ce soit lors d’une fête organisée par des non-juifs, comme leurs mariages ou autre. Il est même interdit d’y consommer de l’eau ou des fruits. Dans certains cas, nos maîtres ont tolérés en raison de l’animosité qui pourrait être engendrée par un refus de la part du juif de consommer. Par conséquent, il faudra consulter une autorité rabbinique compétente pour chaque situation.

Consommer de l’alcool dans un établissement de non-juifs
Hormis l’interdit de consommer dans des fêtes organisées par des non-juifs, nos maîtres ont aussi interdit de boire de l’alcool (comme de la bière ou du Whisky) sur le lieu où la boisson est vendue. Par exemple, dans le magasin d’alcool d’un non-juif ou bien dans un Café où l’on vend des boissons alcoolisées. Dans tous ces cas, il est interdit à un juif de s’y attabler et d’y consommer de cet alcool. Ce décret a pour raison la crainte que les juifs se laissent entraîner vers les non-juifs en buvant et en partageant des repas, ce qui aurait pour finalité la contraction de mariages mixtes.
C’est pourquoi, nos maîtres ont interdit très sévèrement de s’attabler dans les maisons des non-juifs, ou dans leurs commerces pour y boire des boissons alcoolisées.Toutes les personnes qui ont l’usage de se rendre dans des établissements non-juifs pour s’y attabler et y consommer une bière parmi les non-juifs, ces personnes agissent sans le consentement des sages de la Torah, et elles n’ont pas le moindre soutient Halah’ique pour un tel agissement.

Consommer un café dans la maison de non-juifs

Même concernant la consommation d’un café dans l’établissement d’un non-juif, il y aurait matière à interdire, car s’attabler dans un établissement non-juif peut être assimilé à une fête organisée par des non-juifs où les gens sont assis en différents groupes. Or, il est écrit explicitement dans les termes du Rambam (chap.17 des règles relatives aux aliments interdits) que même si le juif est assis seul dans ce genre de lieu, sans le moindre lien avec les autres personnes présentes à cette fête, il est malgré tout interdit d’y consommer quoi que ce soit.

Cependant, le Gaon Rabbi Ovadia SOME’H écrit dans son livre Ziv’hé Tsédek (sur Y.D chap.114) que l’on a l’usage d’autoriser par crainte d’animosité, car les gens avaient l’usage de s’honorer mutuellement en partageant la consommation d’un café dans des établissements non-juifs. Mais concernant la consommation de boissons alcoolisées, il n’y a absolument pas de permission. Il faut donc mettre en garde la collectivité sur cet interdit, afin que les gens ne se laissent pas entraîner par leurs cœurs en s’attablant dans des établissements non-juifs pour y consommer les boissons qui leur seront servies.

En conclusion:
Il est interdit de consommer des boissons alcoolisées (même Cachères) dans des établissements ou des maisons de non-juifs.

De même, lors de réunions de travail avec des non-juifs, il semble que l’on ne peut pas y autoriser la consommation de boissons alcoolisées.

Source: Halakha Yomit

Bannière