Bannière

Râper des légumes pendant Yom Tov

Halakhot de Yom Tov


Cette Halacha est dédiée à la prompte et totale guérison de mon beau père Its’hak Ben ‘Aisha (BENICHOU) d’Ashdod, de Charly Israël Ma’hlouf Ben ‘Aisha (BENICHOU) d’Ashdod, de Ménou’ha Eliana Bat Esther (Réfouat Ha-Néfesh Ou-Rfouat Ha-Gouf), et de Eliahou Ben Myriam (LASRY), Caroline Elasri Bat Emma et Judith Yéhoudit Bat Méssa’ouda parmi tous les malades d’Israël.

-----------------------------------------

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué qu’il est interdit de réaliser certaines activités pendant Yom Tov au même titre que pendant Chabbat, excepté les activités liées à la nourriture, lorsque ces activités concernent la consommation d’aliments réservés au Yom Tov lui-même, comme cuire, frire ou autre.

Cependant, même si la Torah a permis d’effectuer pendant Yom Tov tout travail lié à la nourriture (Oh’el Néfech), il y a tout de même certains travaux qui restent interdits pendant Yom Tov, même s’ils sont liés à la nourriture.
Par exemples : il est interdit de moissonner son champ, de vendanger sa vigne ou de cueillir des fruits pendant Yom Tov, même pour les besoins de la nourriture de la fête (par exemple, si quelqu’un désire cueillir une pomme d’un arbre pendant Yom Tov, pour la manger tout de suite, cela reste interdit). De même, il est interdit d’entasser ou de battre la récolte pendant Yom Tov. Il est également interdit de trier ou de moudre pendant Yom Tov, comme nous allons l’expliquer.

Les décisionnaires débattent afin définir l’origine de l’interdiction de ces activités pendant Yom Tov. Sont-elles interdites par la Torah elle-même, ou bien par décret de nos maitres ?

Voici la base de ce débat :
Selon certains décisionnaires, on moissonne en général la totalité de son champ, ou on vendange la totalité de sa vigne, en une seule fois. De ce fait, nos maitres ont interdit la moisson du champ ou la vendange de la vigne pendant Yom Tov afin que la personne ne subisse pas une fatigue trop importante, en consacrant la totalité de la journée de la fête à ses travaux, et négligera ainsi totalement le devoir de se réjouir pendant la fête.
Selon cette opinion, l’origine de l’interdiction de ces activités est un décret de nos maitres, et non de la Torah.
De même pour les travaux d’entasser (‘Imour) ; battre la récolte (Dach) ; presser des fruits (Séh’ita) ; trier (Borer) ; moudre (Toh’en) ; tamiser (Harkada), toutes ces activités restent interdites pendant Yom Tov, même pour les besoins de la fête.

Mais selon une autre opinion parmi les décisionnaires, tous les travaux que l’on vient de citer sont interdits par la Torah elle-même pendant Yom Tov, et non par nos maîtres. C’est apparemment ce que le Talmud Yérouchalmi veut dire en faisant remarquer l’enchaînement de 2 versets de la Torah qui n’ont pas réellement de rapport.
Ces versets sont :
« … excepté un travail pour l’alimentation de l’homme, seulement ce type de travail sera réalisé pour vous », qui est suivi de :
« Vous surveillerez les Matsot… ».
Cet enchaînement vient nous apprendre que les seuls travaux liés à la nourriture qui sont autorisés pendant Yom Tov, sont uniquement les travaux qui interviennent à partir de Licha (pétrir) et au-delà.
C'est-à-dire, à partir du moment où l’on pétrit la pâte et après (lorsque la farine entre en contact avec l’eau, et qu’elle est susceptible de fermenter si on ne la surveille pas particulièrement), c’est pourquoi, les travaux qui précèdent le pétrissage de la pâte, sont interdits pendant Yom Tov, même s’ils sont réalisés pour la nourriture de Yom Tov.

Mais pétrir la pâte – même si c’est interdit pendant Chabbat – cela reste autorisé pendant Yom Tov, tout comme cuire ou frire ou autre.
Par contre, les activités de cueillir (moissonner), battre le blé ou presser, ou bien trier, restent interdites pendant Yom Tov au même titre que pendant Chabbat.

A partir de là, nous pouvons apprendre au sujet de la préparation de beignets de pommes de terre pendant Yom Tov.
En effet, pour préparer ces beignets, on prend des pommes de terre que l’on râpe au moyen d’un outil que l’on appelle « économe » (mécanique).
Ensuite, on en fait une pâte que l’on frit en beignets.
Il semblerait apparemment que cette activité soit interdite pendant Yom Tov car râper des légumes avec un ustensile réservé à cet effet, relève de l’interdiction de moudre (« Toh’enn ») interdite pendant Chabbat, et cette interdiction est aussi en vigueur pendant Yom Tov, puisque moudre figure parmi les travaux antérieurs à pétrir la pâte lorsqu’on moud les grains de blé pour en faire de la farine.
Mais sur le plan pratique, il est permis de râper des légumes pendant Yom Tov pour les besoins de la friture ou autre, car nos maitres se montrent souples vis-à-vis de l’économe ménager que l’on possède à la maison, puisqu’il n’est pas d’usage de râper de grandes quantités de légumes avec cet outil, mais seulement en petite quantité selon les besoins du Yom Tov lui-même.
Or, puisqu’il n’est pas possible de râper les légumes à l’avance car leur goût se détériorerait au bout d’un jour, on peut donc autoriser de les râper pendant Yom Tov.

Cependant, à partir de cela, nous apprenons aussi au sujet de presser des fruits pendant Yom Tov, qui est un dérivé de l’interdiction de battre (en pressant la fruit on détache le jus du reste du fruit), qu’il est interdit de presser des fruits pendant Yom Tov pour préparer une boisson. C’est ainsi que tranche MARAN dans le Choulh’an ‘Arouh’ (chap.495-2). (Mais presser un citron pendant Yom Tov, ceci est permis même pendant Chabbat selon l’usage des Séfaradim, qui ont accepté les décisions Halachiques de MARAN l’auteur du Choulh’an ‘Arouh’, et de ce fait, il est permis de presser un citron pendant Yom Tov, aussi bien pour l’assaisonnement des aliments, aussi bien pour faire de la Limonade).

En conclusion : Pendant Yom Tov, il est permis de râper des légumes au moyen de l’outil (mécanique) réservé à cet effet, mais il est interdit de presser des fruits pendant Yom Tov, excepté le citron selon l’usage des Séfaradim.

Source: Halakha Yomit