Bannière

Incendie pendant Chabbat

Halakhot de Chabbat


Question: Si quelqu’un voit sa maison bruler pendant Chabbat, est-il vrai qu’il lui est interdit d’éteindre l’incendie (lorsqu’il n’y a personne à l’intérieur)?

Réponse: Nous allons avant tout expliquer les fondements de cette règle, et nous écrirons ensuite comment agir dans la pratique.

L’extinction d’un incendie pendant Chabbat
Lorsqu’un incendie se déclare pendant Chabbat, il est interdit de l’éteindre.


Même si l’on voit sa maison se consumer dans les flammes, il est interdit d’éteindre l’incendie pendant Chabbat. Nos maîtres ont également interdits dans cette situation de solliciter l’intervention d’un non-juif pour éteindre l’incendie, car si l’on autorisait à solliciter le non-juif, le juif – qui par nature humaine est pris de panique pour ses biens matériels – risquerait d’éteindre lui-même l’incendie (RAN sur Chabbat 145a page 61a dans les Halah’ot).

Manières autorisées pour éteindre un incendie pendant Chabbat
Il est permis de dire – par allusion – à un non-juif d’éteindre un incendie pendant Chabbat, par exemple, en lui disant : « La personne qui éteindra l’incendie ne perdra pas son salaire. »

De même, il est permis d’éteindre l’incendie par procédé de « Guérama », c'est-à-dire, de façon indirecte. C’est pourquoi, notre maître le Rav Ovadia Yossef Chlita trancha qu’il est permis de placer à proximité de l’incendie des sachets en nylon contenants de l’eau, de sorte que lorsque le feu atteindra les sachets, l’eau en sortira et l’éteindra.

Certains décisionnaires autorisent d’éteindre l’incendie en situation de perte, en aspergeant l’eau en direction du haut, de sorte que l’extinction se fera lorsque l’eau retombera en bas. (Minh’at Chélomo chap.31).

De même, chaque fois qu’il y a des livres saints, comme des H’oumachim, des Guémarot ou autres, il est permis de solliciter explicitement un non-juif afin qu’il éteigne l’incendie, en raison de l’humiliation des écrits saints (MARAN dans le Choulh’an ‘Arouh’ chap.334-18 au nom d’un Gaon).
Selon cela, le Gaon auteur du Misguéret Ha-Choulh’an (sur l’abrégé du Choulh’an ‘Arou’h chap.85) écrit qu’il est permis d’éteindre tout incendie qui se déclare dans la maison d’un juif, en raison des Mézouzot fixées aux portes de la maison, car elles sont susceptibles de bruler, elles ont donc le statut d’écrits saints qu’il est permis de sauver pendant Chabbat en sollicitant le non-juif qui éteindra l’incendie.

Cependant, de notre époque, lorsque se déclare un incendie, il est d’usage de contacter les pompiers par téléphone pendant Chabbat, afin qu’ils éteignent l’incendie, et nous allons expliquer la raison de cette autorisation.

Extinction d’incendies de notre époque
Il n’y a pas le moindre doute que lorsque l’incendie risque de mettre en danger des vies humaines, il est permis d’éteindre soi-même l’incendie pendant Chabbat, car rien ne se dresse devant le sauvetage d’une vie.
C’est pourquoi, le Gaon Rabbi Nissim KARELITZ Chlita écrit dans son livre H’out Chani (chap.35 note 3) que de notre époque où se trouvent des ballons de gaz ou autres à proximité des habitations, et lorsque se déclarera un incendie – H’ass Vé-Chalom – le feu est susceptible de se propager rapidement et atteindre les réservoirs de gaz, ce qui aurait pour conséquence de provoquer des explosions, il y a donc un véritable danger pour des vies humaines, puisque les gens habitants les environs peuvent être touchés par le feu. Il est donc permis de téléphoner aux pompiers afin qu’ils viennent éteindre l’incendie, et devancer ainsi un malheur pour qu’il n’arrive pas, car cette situation relève réellement du sauvetage de vies humaines.

Similairement, le Gaon auteur du ‘Arouh’ Ha-Choulh’an (chap.334) écrit qu’il faut expliquer les fondements de ces règles à partir de la Guémara où il est enseigné que chaque fois où il y a dégât matériel pour la collectivité, il est permis d’éteindre un incendie pendant Chabbat.

Or, puisque de notre époque les maisons sont construites à proximité des rues, ce qui peut engendrer un dégât pour la collectivité, il est donc permis de notre époque d’éteindre un incendie pendant Chabbat, même par un juif.

Source: Halakha Yomit